Yaarh ! Lancez vous à l'eau ! Venez incarner un pirate, une Autorité ou un citoyen.
 

Partagez | 
 

 Vents et marrées • Gol'.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grace O'Weckdonn
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 04/04/2010
Age : 23
Localisation : Like I'd tell ~
Humeur : Plutôt maniaque.

MessageSujet: Vents et marrées • Gol'.   Jeu 4 Sep - 20:54

Vents et marées.

Calme et plénitude pour un après-midi radieux, Grace profitait enfin de pouvoir marcher sans déguisement dans les ruelles éclairées d'une ville au bord de l'ennui. Rien n'était compliqué ici étant donné le peu nombre de personnes qui avait quelque chose à faire des pirates... Après tout, il n'y avait que peu à voler ici, c'était plutôt des vacances reposantes de sérénité que la capitaine venait chercher ici, seule. Le doux sentiment allégorique seulement peut-être de solitude suffisait à enfin effacer ses doutes, ses peurs, ses songes; plongeant son esprit dans un océan de ying où seul le positif se plaisait à vivre. Que de joies d'être enfin au calme avec les récents évènements et un futur qui allait peut-être tourner encore plus horrible. Elle se sentait repartir dans les songes noirs, elle fit donc un effort surGracien pour ne pas penser à ça.  Y parvenant pour une fois, sa clémente encéphale coopérative ce jour ci lui autorisa une trêve. Elle ne gagnerait jamais la guerre contre son propre psychique, pensa t'elle, mais elle savoura sa petite victoire et scruta le ciel.

Divin bleuté qu'il était, le firmament n'était point couverts de nuages, le soleil lui ne tapait pas trop fort. La bise se plaisait à compléter le cadre idyllique en soufflant modérément pour ne pas être trop froid et laisser les rayons réchauffer la peau sans la brûler. C'était délectable, combien de temps cela faisait-il qu'elle ne s'était pas isolée si loin ? L'ombre, le fantôme, la brise furtive qu'elle était n'échappait pas souvent à son propre équipage, preuve qu'elle les formait bien. Mais elle restait la digne élève de son maitre. Fermant les paupières, elle continua de repaitre son âme du temps. Allongée dans l'herbe sur un amont face à la mer, la vue était sidérante et chaque oiseau dans le lointain ajoutait une note de poésie à la scène. Cette évasion, elle ne pouvait demander mieux. Son paradis était éphémère, mais sa joie était elle bien éternelle, elle louait les louanges de sa mémoire alors. Sa rétine imprimerait à tout jamais dans son cerveau ce cadre féérique.

Sa solitude était un repos, mais la présence était divertissement, enfin comblée, elle se releva de son point d'observation paradisiaque, et chercha dans la ville une fugue nouvelle à toute sa vie complexe. Déambulant, elle se surpris à se perdre dans les rues qu'elle avait pourtant longuement arpentées pour connaitre chaque recoin en cas de problèmes ou de choses intéressantes à chiner. Troquer sa mémoire visuelle pouvait avoir du bon quand un besoin de frais et de renouveau se faisait sentir. Redécouvrir des endroits connus était excitant et grisant. Son habit était différent mais correct pour qu'on ne se doute en rien de ses origines de pirate, elle était poisson dans l'océan...
Bien qu'au fond de son regard azur on reconnaitrait peut-être toujours cette fierté de capitaine, cette pointe farouche d'indomptable qui la caractérisait. Elle était un animal sauvage qui ne se laissait apprivoisé que par les plus drôles ou les plus rusés.

A voir sur qui elle tomberait aujourd'hui.

._______________
Revenir en haut Aller en bas
Sohlaly
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 31/03/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: Vents et marrées • Gol'.   Jeu 4 Sep - 22:17

Klyx.

Sa ville calme, agréable, peu peuplée.

Son bord de mer plus que charmant.

Son climat si doux et agréable que quiconque se promenant aux alentours rêverait d’y trouver un habitat.

Tavernes, auberges, commerces… Klyx était le paradigme de la ville paisible.

Même la population semblait couler une vie paisible.

Pour un peu, Gol se serait contenté de flâner dans les ruelles. Même sans bourse, sans argent et sans toit, il aurait éprouvé du plaisir à observer ces vies, aurait adoré s’arrêter pour échanger un brin de conversation avec ces inconnus qui ne semblaient pas dangereux.

Depuis son escapade, jamais il ne s’était senti en sécurité sur terre. Pour cause, il n’avait débarqué que dans des lieux à risque.

Alors que là…

Pour un peu, il aurait profité de la journée ensoleillée, sans se soucier du travail, des Autorités, du bateau, de ses bêtises, des Capitaines mégalos et extrêmement dangereux pour sa sécurité personnelle…


Pour un peu.

Car il y avait tout de même ce ‘’peu’’, ce petit, ce minuscule détail qui empêchait Gol de vivre l’instant.

Oh, ce n’était vraiment qu’un détail.

MAIS QUE FAISAIT-IL DANS UN TONNEAU, ÉCHOUÉ SUR LA PLAGE ?!

Comment était-il arrivé là ?! COMMENT ALLAIT-IL REPARTIR ?!

Il se frappa soudainement la joue, pour immédiatement regretter ce geste. Dans l’idée, pourtant, cela semblait intelligent. Reprendre ses esprits. Réfléchir.

Mais il ne s’était pas retrouvé seul depuis longtemps. Il n’en avait plus l’habitude. Pour un peu, il aurait presque froid.

Mais à nouveau, il y avait ce ‘’peu’’ qui le séparait de l’hypothermie. Le fait qu’il fasse près de trente degrés devait faciliter cette transition.

Gol s’extirpa donc du tonneau, sans comprendre le moins du monde quelle aventure fabuleuse avait pu le conduire à fuir dans une telle embarcation de fortune.



- Non, car voyez-vous, que Cale et Esvir, après avoir un peu abusé sur le Rhum, l’aient jetés à la mer dans le contenant vidé de son contenu (une possession du capitaine), cette idée ne pouvait pas lui venir en tête. –


Il s’assit sur le sable et, tandis qu’il séchait, bercé par le chant des flots venant déposer l’écume sur le sable sec, il se mit à imaginer ce qu’il s’était réellement passé.

Il était arrivé à la conclusion qu’alors qu’il imaginait avoir embarqué sur le Pacte comme cela s’était réellement passé, il avait en réalité été enlevé par de terribles malotrus qui lui auraient fait ingérer une fumée hallucinogène pour l’empêcher de se débattre – voilà ce qui expliquait ses souvenirs de navigation des trois derniers jours. Mais, même drogué, il aurait réussi à déjouer leur plan maléfique, se serait battu bec et ongle jusqu’à fuir, vaillamment mais discrètement, conscient de son sous-nombre effectif, à l’aide d’un simple tonneau.

Très satisfait de son exploit, notre jeune illusionné se leva, s’épousseta inutilement – il avait du sable plein les vêtements, du sel plein les cheveux – et remonta la plage pour entrer dans les ruelles. Il avait faim, un peu chaud, mais surtout très soif.

Il marcha un moment sans qu’on ne lui prête une attention particulière. Cela lui semblait étrange de ne pas avoir à se cacher comme il l’aurait habituellement fait. Il profita de ce charmant et nouveau type de liberté – terrestre, pour une fois – qu’il trouvait si jouissif qu’il finit par offrir son visage au ciel et fermer les yeux.

Encore aurait-il fallu qu’il s’arrête de marcher.

Cela lui aurait évité de marcher sur le pied d’une charmante personne, droit devant lui.

Cela lui aurait aussi empêché de la rencontrer.


Elle était… ravissante. Gol s’arrêta soudainement, mais n’eut même pas le temps de se sentir confus. Deux grands yeux bleus lui faisaient face, des yeux dignes du visage qui les portait. Un charmant visage, il fallait le dire, encadré d’une cascade de longs cheveux bruns.

Pour être pirate depuis quelques temps déjà, Gol n’avait pas souvent eu l’occasion de croiser de la gente féminine charmante. Oh, il y avait certes les membres de son équipage, mais elles ne représentaient pas une nouveauté.
Quand on nageait dans la sueur et les grognements à longueur de journée, qu’on craignait les autorités le soir et cauchemardait des prisons la nuit, qu’on avait dû faire face à un capitaine rival peu de temps auparavant – il frissonna à l’évocation du souvenir du terrible Van Tassel, Capitaine des Savants – croiser le chemin d’une telle femme semblait être un mirage.

Oh, Gol avait toujours été ingénument respectueux envers les femmes. Il n’attendait rien d’elle, certainement pas, à peine quelques mots pour enjoliver l’air de sa voix.

Il s’empressa de s’incliner bien bas.


- Je suis sincèrement navré, ma Demoiselle, je ne vous avais pas vu. Je ne me pardonne pas de vous avoir bousculé, j’espère que vous serez plus clémente à mon égard, Comment puis-je faire amande honorable ?


Il releva les yeux vers elle.

Lui ferait-elle la faveur de répondre ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Vents et marrées • Gol'.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cyclone IKE se rapproche des côtes Nord d'Haiti avec des vents de 195 kms/h
» Marrée verte, rouille, et cuir
» Quelques Fûts de bière naine - La Rose des Vents Montpellier
» l'Académie de la Rose des Vents
» Le calendrier de la Rose des vents !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sea's Calling :: Sur terre... :: Les villes :: Klyx-
Sauter vers: