Yaarh ! Lancez vous à l'eau ! Venez incarner un pirate, une Autorité ou un citoyen.
 

Partagez | 
 

 Petit oiseau si tu n'as pas d'ailes... [x Cale]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Runy
Sloop
Sloop
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 03/08/2013
Age : 23
Localisation : Le Pays des Loutres.
Humeur : Koul Raoul

MessageSujet: Petit oiseau si tu n'as pas d'ailes... [x Cale]   Mar 22 Juil - 8:50




L'Enfer. Sa vie était devenue un enfer, littéralement. Et le pire, c'est que c'était entièrement sa faute... Pas question pour Charlie de se faire victime du sort ou martyr de ses supérieurs ; cette fois, la situation désastreuse, il avait sauté dedans à pieds joints ! Mais en même temps, une malédiction, sérieusement ! Il aurait pu y croire avant, mais maintenant !! Il avait même été fier de ne plus donner de crédit à ces racontars de pêcheurs, et voilà où ça l'avait mené...

Tout avait commencé par cet odieux cauchemar. Oui, encore un, mais cette fois-ci, ce n'était pas le vieil homme qui était venu le hanter, mais la Mort elle-même... Un personnage plutôt étrange, mais qui lui avait carrément pourri l'existence. Tout  ça à cause de ce fichu pendentif qu'il n'avait pu s'empêcher de prendre... Voilà une bonne leçon pour l'avenir - si il arrivait à ne pas perdre d'avenir, ne pas toucher aux coffres maudits. Sinon...

Sinon, eh bien, on se retrouve en pleine nuit sous la forme d'un ridicule petit oiseau à essayer de dompter les courants d'airs. Haha, on s'attendait pas à ça, hein ?! Bah lui non plus. Et la première fois, il avait vraiment été très surpris. La nuit suivant son cauchemar, qu'il s'était efforcé d'oublier dans la journée, l'avait ramené brutalement à la triste réalité. Heureusement, fort heureusement, l'Aspirant n'était pas comme ses dissipés de collègues et qu'il gagnait rapidement sa chambre en fin de journée, se mettant à la paperasse jusqu'au dîner. Sauf que ce soir-là, il n'était pas allé dîner. Une fois le soleil couché - comble d'ironie, il l'avait regardé par la fenêtre, contemplant inconsciemment ses dernières minutes rationnelles - POP ! Il s'était senti englouti, disparaître, et quand il avait à peu près pu évaluer la situation sans avoir le tournis, il était sur son bureau... Enfin, sur un bureau géant. Et lui était minuscule. Ses vêtements étaient tombés sur sa chaise, constata-t-il. Mais qu'était-il devenu ??

En proie à une panique qu'il n'avait pas éprouvée depuis un bon moment, il avait regardé autour de lui, et son regard était tombé sur le reflet d'un cadre miteux qu'il avait dans sa cambuse. Que... la petite chose ridicule et gigotante sur la surface de bois... C'était lui..? Mais alors, il était un oiseau ! Et tout à coup, les paroles de la Mort le heurtèrent de plein fouet, et il manqua s'évanouir. Quelle galère.

Finalement, il préférait ne pas repenser à ses premières nuits. Il avait dû jouer en finesse par rapport à ses collègues, ses supérieurs et ses subordonnés, maintenant qu'il avait des impératifs dans son emploi du temps... Au final, ça ne le changeait pas tant que ça, vu qu'il n'était pas un habitué des sorties nocturnes et du contact avec le monde, mais il devait quand même prendre des précautions. Et encore, il préférait ne pas penser à ce que serait sa situation en hiver... Bah, il aviserait plus tard. En attendant, ses activités des dernières nuits, c'était d'essayer de maîtriser le vol de ce fichu animal qu'il était, et pour un humain balourd de nature, c'était franchement la misère.

Bon, ce qui était positif dans tout ça, c'est que la Mort lui avait annoncé que le pendentif lui apportait aussi des avantages en journée. Mais la contrepartie était quand même rude... Il avait dû lire des ouvrages oubliés dans une bibliothèque de ville poussiéreuse pour tâcher de se renseigner au mieux sur la manière de voler et les oiseaux en général... Assez ridicule pour un Aspirant d'être trouvé à lire ça.

Et ce soir, ç'avait été le grand saut... Ou plutôt le grand sot. Car oui, il fallait être sacrément stupide pour se lancer dans un exercice de vol avec un vent pareil... Maintenant, Charlie était persuadé qu'il allait mourir écrasé contre un mur, contre le sol, ou contre une enseigne de taverne de Klyx. Pour son plus grand bonheur, la ville, qui n'était déjà pas bien peuplée le jour, était déserte la nuit, surtout avec un vent pareil. Il était certes petit, mais s'il pouvait éviter de se faire remarquer quand même... Cette expédition pendant ses quelques jours de permission devait lui servir à manier correctement le moineau qu'il était. Parce qu'un moineau qui vole pas, ce serait encore plus pitoyable...

Pour l'instant, le moineau ressemblait plutôt à un cerf-volant brinquebalé par le dieu Éole dans les cieux, et le rouquin commençait à se sentir un brin malade. Pitié, il fallait qu'il se pose, laissez-le descendre... Finalement, à force de tourner à tort et à travers, il arriva en vue d'une grange à l'écart, qui semblait vide. En même temps, elle était pas mal délabrée... Qu'importe, s'il parvenait à entrer là-dedans, il serait à l'abri ! A force de tonneaux et de pirouettes, l'oiseau finit par s'engouffrer tant bien que mal dans l'édifice, se faufilant entre deux planches mal ajustées. Échoué sur un reste de paille poussiéreuse, Charlie poussa un soupir, qui fut traduit en quelques pépiements mélodieux. Ah oui, il avait oublié ça. Bah, c'était le cadet de ses soucis !

La vision nocturne des oiseaux laissait vraiment à désirer, le rouquin ne pouvait guère voir distinctement ce qui se trouvait au-delà d'un périmètre de deux pas - humains - autour de lui. Et si il y avait des chats... Ce serait la honte de se faire croquer bêtement. Avec horreur, l'Aspirant en vint à se demander si à l'aube, ses restes mâchés reprendraient taille humaine dans l'estomac du carnivore... Berk, horrible ! Autant éviter ça et aller s'installer sur une poutre. Le petit oiseau écarta les ailes, sautilla deux ou trois fois en les agitant frénétiquement, et réussit après plusieurs essais à se hisser jusqu'au plafond, où il s'installa sur une large poutre. Que d'efforts en cette nuit, il se sentait extrêmement las... Mais bon, il n'était là que pour quelques minutes, une heure maximum, ce serait bête qu'il s'endorme ici, sinon Dieu sait ce qui pourrait lui arriver le lendemain !

... ZzzzzZZZZzzz...

AH ! Il s'était endormi ! Sursautant dans un cri aigu, le moineau s'ébroua, gonflant ses plumes. Flûte, zut, ça n'allait pas du tout. Le ciel était en train de s'éclaircir ! Il fallait qu'il retourne fissa à l'auberge, sinon il serait dans de beaux draps, à demi-nu et seul dehors... Aller, un petit envol rapide, et... Ah non, une chute misérable sur la paille à la place. Ces satanées ailes, plumes et tout le tintouin ne se laissaient guère dompter, surtout au réveil... Avec forces pépiements et mouvements désordonnés, le rouquin finit par se remettre sur ses petites pattes, et resta pantois.

Ah. Il y avait donc quelqu'un ?




HRP :
 

._______________


Pirates, I'll kick your asses.
MERCI GAKIIIII QAQ ♥
MAUDIT
Revenir en haut Aller en bas
http://runedraconis.deviantart.com/
Satan
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 19/05/2014
Localisation : au milieu d'un carnage
Humeur : Mwahahahahaha !!!

MessageSujet: Re: Petit oiseau si tu n'as pas d'ailes... [x Cale]   Sam 2 Aoû - 22:27

La mer tanguait. Vraiment beaucoup.
Et sa tête l'élançait prodigieusement.

Cale entrouvrit un œil pour le refermer aussitôt.
La faible lueur de l'aurore naissante était bien trop vive. Elle avivait un terrible mal de crâne derrière ses yeux. Un nouveau roulis de l'océan et son estomac remua horriblement, déclenchant en lui une monstrueuse nausée.
Il se redressa à moitié de son hamac, prêt à se vider de ses tripes sur le pont de la cale avant de se figer subitement.
Il n'était pas dans son hamac.
Et encore moins sur le Pacte.
Que foutait-il à pioncer dans une botte de paille ?

Apparemment, il était sur terre.
Bien.
Dans une grange miteuse.
Bien.
Et l'aurore se levait.
Bien.
Mais le sol tanguait toujours.
Moins bien.

Cale attendit patiemment que les effets de l'alcool se dissipent, ce qui ne devrait pas prendre trop de temps.
Il jouissait d'une incroyable résistance à la gueule de bois - à force d'habitude, aussi... - et pouvait allègrement passer une nuit de beuverie et se lever frais et dispos le lendemain.
Bon. Cette fois, il avait un peu exagéré, d'accord.
Il lui faudrait bien dix minutes avant d'être en état de se mettre debout.

Qu'avait-il fait, cette nuit, d'ailleurs ?
Il fronça les sourcils -  du moins, ce qu'il put froncer, parce que dans son état, les muscles de son visage lui paraissaient fort peu coopératif - à l'élancement douloureux qui lui vrilla la tête alors qu'il tentait de se remémorer ce qu'il avait bien pu faire la veille.
Ah oui, il avait fait la tournée des bars avec... avec qui déjà ? Lloyd et... Merry. À moins que ce ne soit Merrin... Marin, peut-être ? Non... Martin ou peut-être Mar...
Lloyd et Marty.
Bon.
Du coup, il était logique que le reste de la soirée soit flou dans sa tête. Connaissant les deux andouilles, ils ne devaient pas être bien loin. Et sûrement dans un bien pire état que lui-même. Un sourire ironique se dessina avec difficulté sur ses lèvres.
Au jeu de celui qui tenait le mieux l'alcool, il gagnait toujours.

Un très léger "pouf" sur la paille attira subitement son attention.
Passer deux ans sur un navire où presque tous les membres de l'équipage voulaient lui faire la peau et n'hésiteraient pas à sauter sur la première occasion ou démonstration de faiblesse pour l'écorcher vif était un excellent entrainement de survie.
Il avait appris à dégriser extrêmement vite.
Sa gueule de bois se dissipa instantanément alors que ses réflexes de combattant le mettaient en mouvement.
Avant même d'être debout, il avait dégainé ses sabres d'un geste fluide alors qu'il se décalait d'un mètre sur le côté pour esquiver une éventuelle attaque.
En moins de quatre secondes il était debout, en garde basse, prêt à en découdre.

Ses yeux se posèrent alors sur une petite boule de plumes brunes toute ébouriffée.
Cale balaya le reste de la grange du regard - sondant la semi-pénombre - sans quitter sa position défensive. Une fois certain qu'il n'y avait personne d'autre que la boule de plumes ici, il autorisa ses épaules à se détendre un peu et rengaina ses lames.
S'approchant précautionneusement de ce qui ressemblait fort à un oisillon tombé du nid, Cale l'observa de plus près, sans faire de geste brusque.

C'était un moineau.

Très lentement, Cale tendit la main vers la minuscule boule de plume toute tremblante en soufflant doucement :

"Lààà... Tout va bien, p'tit. J'vais pas t'faire de mal."

Il posa doucement son doigt sur le dos du moineau, avec une délicatesse que personne parmi ceux qui le connaissaient n'aurait pu lui soupçonner.
Il n'était pas qu'une brute épaisse.
Et pour avoir dressé un cafard, il savait être précis, patient et surtout, infiniment délicat.
Avec cette même délicatesse, le mercenaire souleva lentement l'oiseau tremblant à hauteur d'yeux :

"Tu t'es fait mal en tombant, p'tit ? Ou tu t'es perdu ? J'vais t'donner un coup d'main avant qu'tu t'fasse bouffer par un chat."
Revenir en haut Aller en bas
Runy
Sloop
Sloop
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 03/08/2013
Age : 23
Localisation : Le Pays des Loutres.
Humeur : Koul Raoul

MessageSujet: Re: Petit oiseau si tu n'as pas d'ailes... [x Cale]   Dim 12 Oct - 0:20




La peste soit du monde entier. Pourquoi fallait-il qu'il se retrouve dans de telles situations, où il ne se contentait pas d'être en danger, mais se couvrait aussi de ridicule ? Charlie voyait arriver gros comme une maison la suite des événements, et ça ne lui plaisait pas. Mais alors, pas du tout. A vrai dire, ça ne pouvait même pas être pire. En fait si, ça pourrait, mais dans ce cas-là, il n'aurait plus jamais foi en la rationalité du monde.

Voilà donc que, alors qu'il échouait misérablement sur la paille comme une fiente, il découvrait la présence d'un homme ; et d'après une rapide observation, quoi qu'un peu déformée par la ridicule vision qu'impliquait encore sa forme d'oiseau, il s'avérait que cet homme devait être un pirate. Après tout, la situation aurait été bien moins amusante pour le destin, la Mort ou qui que ce soit qui tirait les ficelles, s'il s'était agit d'un simple citoyen ivre qui aurait continué à ronfler.

Or, il avait affaire à un tout autre cas : un pirate, qui était peut-être encore soûl deux secondes avant qu'il tombe, mais qui avait dégrisé de manière spectaculaire. Pendant un moment, l'Aspirant avait cru sa dernière heure arrivée, et il avait presque ressenti une touche de soulagement, dont il se blâmât par la suite. Mais se rappelant qu'il était sous la forme d'un moineau inoffensif - pour l'instant - il comprit qu'il ne lui arriverait rien.

Une fois de plus, l'homme aurait pu l'ignorer superbement, voire essayer de l'écraser avec le talon de sa botte par pur acte de cruauté, ou pour l'avoir effrayé avec impudence. Mais non. Celui-ci avait l'air concerné par le sort du pitoyable piou-piou échoué sur la paille, et semblait décidé à le protéger. Et Charlie, figé de stupeur, se retrouvait à présent installé au creux de la paume du pirate, tandis que celui-ci lui adressait quelques paroles de réconfort. Sur le coup, il eut envie de crier, rire et pleurer, mais il ne parvint qu'à émettre un faible sifflement étranglé, qui devait ajouter à son image d'oiseau-martyr.

En soi, c'était vraiment pas la joie. C'était même carrément la grosse mouise.

Tandis qu'il restait bêtement prostré et immobile face à l'homme, une idée, de celles qui arrivent sans prévenir dans certaines situations, traversa sa petite cervelle : il n'avait jamais vu quelqu'un d'aussi près et sous cet angle. C'était un peu comique et intéressant à la fois. Mais ça l'aurait sûrement plus diverti s'il ne savait pas pertinemment que le soleil pointait ses rayons, et que bientôt l'angle de vue allait radicalement changer. L'ambiance aussi d'ailleurs.

Et ce fut comme un déclic ! Charlie ne pouvait pas rester sans rien faire et atterrir sous forme humaine dans la main - enfin sur la main, ou il ne savait trop comment - de l'homme, au risque de subir une situation des plus humiliantes de toute sa vie. Et peut-être la dernière, à en juger par les réflexes de son sauveur. Pas de temps à perdre, par conséquent ! Il n'avait aucun espoir de réussir à sortir de la grange, estimant parfaitement la médiocrité de ses talents de vol, mais la première étape était déjà de quitter son perchoir... Avec un peu de chance, il atteindrait les abords d'une sortie, et une fois transformé, il n'aurait plus qu'à... fuir... en courant.

Cette perspective ne l'enchantait pas franchement non plus, mais il n'en voyait pas vraiment d'autres. La seule chose qu'il implorait au destin, c'était qu'il lui accorde une chose, une seule : la joie d'avoir au moins un caleçon. Il avait en effet constaté, d'après l'expérience de chaque matin depuis qu'il était maudit, que la possibilité de se re-transformer avec un vêtement était plutôt variable, pour ne pas dire complètement aléatoire. Pour l'instant, il s'était retrouvé nu ou avec un caleçon, une fois même avec sa chemise légère ! Mais l'Aspirant n'avait aucune idée du critère qui modifiait cette donnée. Il n'avait donc plus qu'à prier pour que la chance lui fasse don d'un vêtement dans sa situation déprimante...

Avec l'énergie du désespoir, le moineau s'agita soudain, battant des ailes dans tous les sens, et s'extirpa de son royal piédestal ; il chuta un moment mais parvint à se maintenir un court instant au-dessus du sol, et voleta même un peu à quelques pas ! Ce qui tenait du miracle, et le rouquin s'en félicita, tentant de se raccrocher à tout ce qui pourrait donner un peu d'optimisme à l'instant présent. Le "vol" fut néanmoins de courte durée, et il atterrit tant bien que mal à une petite distance du pirate. Il ne fallait pas en rester là, si jamais il voulait le rattraper, dans son désir de secourir cette boule de plumes pitoyable ! S'agitant comme un beau diable, l'Aspirant sautilla, fuyant sous les décombres de matériel d'agriculture abandonnés au fond de la remise, et réussit à s'éloigner un peu, plus ; du moins, à se faufiler hors de portée ! Victoire, la mission "échapper au pirate" était un succès ! D'ailleurs, en y repensant, c'était mignon, un grand mec baraqué qui se souciait du bien-être d'un petit moin...

- AÏE !!

Ce n'est qu'après avoir vivement frotté son cuir chevelu et sentit l'inconfort de sa position que Charlie réalisa qu'il était redevenu humain. La misère... Il était certes hors du champ visuel de l'homme, mais avait habilement indiqué sa position, de même qu'il avait révélé au pirate qu'il n'était pas le seul conscient dans la grange. Mais en même temps, il était toujours surpris par la rapidité de la transformation ! En à peine quelques secondes, il retrouvait sa taille normale, et subissait d'ailleurs de vives douleurs dans les membres pendant quelques minutes... Enfin bref, le moment n'était pas à l'étude du phénomène de sa malédiction. Il avait un problème bien plus sérieux, qui se résumait très rapidement :

Il était coincé.

Mais bien coincé, à la limite d'étouffer en fait. En revanche, il sentit presque les larmes lui monter aux yeux quand il réalisa que la Providence lui avait accordé de réapparaître avec un caleçon. Cela lui donna d'ailleurs l'idée de vérifier le soir en étant transformé si le caleçon était tombé parmi ses vêtements ou non, histoire de savoir s'il l'avait encore sur lui ou pas, et de prévoir pour le lendemain... Mais une fois de plus, la situation ne s'y prêtait pas.

Le rouquin s'essaya à divers mouvements, mais rien à faire, il était bel et bien bloqué. Bon. Qu'est-ce qui pouvait encore arriver de pire, à présent ? Le pirate allait-il venir une fois de plus à son secours..?





Spoiler:
 

._______________


Pirates, I'll kick your asses.
MERCI GAKIIIII QAQ ♥
MAUDIT
Revenir en haut Aller en bas
http://runedraconis.deviantart.com/
Satan
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 19/05/2014
Localisation : au milieu d'un carnage
Humeur : Mwahahahahaha !!!

MessageSujet: Re: Petit oiseau si tu n'as pas d'ailes... [x Cale]   Dim 12 Oct - 23:16

C'était vraiment un tout petit moineau.
Non pas que Cale soit un expert ornithologue, mais, ayant grandi dans un petit village à l'intérieur des terres, il avait largement eu l'occasion d'en croiser un bon paquet dans sa jeunesse - d'ailleurs, il s'était souvent amusé à leur lancer des glands qui trainaient - surtout lorsqu'il était messager. Enfin, toujours était-il que les moineaux, c'était déjà pas bien gros, mais celui-ci était, il fallait bien l'avouer, carrément minuscule.

Et, au jugé du misérable "piou" asthmatique que l'oiseau laissa échapper, il ne devait pas avoir une super constitution non plus.

"Pas d'bol." songea le mercenaire, réfléchissant vaguement à ce qu'il allait faire de son piaf.

L'emmener avec lui sur le Pacte ne lui paraissait pas vraiment une bonne idée. C'était plus compliqué de nourrir un piaf qu'un cafard - en admettant que celui-ci survive au climat marin - mais surtout, Scrouik Jr allait être jaloux.
Et son cafard avait beau être un insecte un brin dégueulasse, Cale l'aimait bien. Enfin, autant qu'il est possible d'apprécier un cafard. Suffisamment pour se préoccuper de ce genre de détails, en tout cas.

Bref, alors qu'il envisageait de le poser sur la branche d'arbre la plus proche - ou la poutre de grange la plus proche, s'il ne trouvait pas d'arbre - la boule de plumes tomba de sa main.
Tenta de s'en envoler, aurait été plus précis, mais, vraiment, ça donnait plus l'impression d'une chute vaguement contrôlée.
Le moineau tomba donc et atterrit un peu durement sur le plancher de la grange. Au seul endroit dépourvu de paille, aussi. Manque de chance, sans doute.

"Piaf-pas-d'bol."

Cale allait le ramasser à nouveau quand la misérable boule de plumes se mit à tricoter des pattes à toute vitesse. Le mercenaire le suivit des yeux - se demandant au passage comment un truc aussi petit, brun et terne pouvait quand même être aussi voyant - alors que le moineau se faufilait sous divers débris de charrue.
Cale haussa un sourcil amusé, se disant que finalement, le piaf saurait sûrement très bien se débrouiller sans son aide.
Il allait se détourner et partir à la recherche de Lloyd et Marty quand un choc sourd suivit rapidement d'un douloureux "AÏE !!" retentit sous les débris de bois.

Et Cale repassa en mode "ninja".
(Ce qui était équivalent au mode alerte-danger-tout-autour-je-découpe-d'abord-et-je-questionne-ensuite)

Main gauche saisissant Carnage à sa hanche droite, il se dirigea en direction du bruit, marchant souplement sur le vieux plancher, sans en faire grincer une latte.
Il était prêt à réagir à n'importe quelle attaque de l'intrus (si celui-ci s'avérait assez téméraire pour la tenter).

Il ne dégaina pas.

Du tas de paille et de poutres, dépassaient deux jambes.
Et un bout de caleçon de toile sombre.

Les deux jambes se tortillèrent vaguement, alors que leur propriétaire tentait, semblait-il, de s'extirper de sa ca-... de son abri. (Cale pouvait difficilement appeler ça une cachette, vu le manque de discrétion qu'elle fournissait)
Quelques petits halètements lui parvinrent alors que les mollets remuaient frénétiquement, lui indiquant que l'autre devait être bien coincé.
Le type agita encore un peu ses jambes avant de s'arrêter sur un petit soupir qui sonna aux oreilles de Cale comme une plainte désespérée ... et asthmatique aussi.
Ce qui n'était pas sans lui rappeler le piaulement  étouffé du moineau.
Qui avait fui dans l'exacte direction et se tenait à l'endroit précis où se trouvaient désormais la plus-très-remuante paire de jambes.
Était-il possible que... ?

"Un autre maudit ?"

Cale fronça les sourcils. Il n'avait jamais entendu parler d'une possible capacité à se transformer en piaf (d'ailleurs, si un jour il l'avait, il ne choisirait pas le moineau)
Même, cela lui semblait relativement impossible.
Mais le fait était que le type était apparu.
Et qu'il l'aurait repéré s'il avait été là depuis le début.
S'il avait pu se glisser dans la grange sans que Cale ne remarque sa présence, alors comment s'était-il coincé là-dessous ? Échapper aux sens de paranoïaque de Cale impliquait forcément un minimum de talent. Talent qui impliquait qu'on ne se coinçait pas bêtement tout seul sous une charrue.
D'ailleurs pourquoi - et surtout comment - un humain irait-il se coincer de son propre gré entre une vieille poutre et une charrue ?
En s'y infiltrant sous une plus petite forme, peut-être ?

Cale soupira.
Il ne lui restait plus qu'à admettre l'impossible.
Le moineau s'était transformé en humain.
Ou l'humain s'était transformé en moineau avant, et venait de reprendre sa vraie forme.
Au final, ça n'avait pas beaucoup d'importance.
Les deux se trancheraient sûrement très facilement.

Le plus important était qu'il se trouvait en présence d'un autre maudit.
Et parmi ceux que Cale connaissait, il n'y avait que des pirates.
Et il était à peu près certain qu'un Férré, même moineau, n'aurait pas fui devant un autre Férré.

"Un autre équipage." songea-t-il avec curiosité avant qu'une vague de méfiance ne le submerge.

Il jeta un regard suspicieux à la paire de mollets.

Une Bête ? (à l'idée, une forte envie de trancher les tendons d'Achille du type monta en lui) Non. Difficilement. Les Bêtes fuyaient rarement les combats, quelles que soient leurs chances. Et puis, de ce qu'il pouvait voir des jambes du type, il n'avait clairement pas la carrure.

Un Savant alors ? Cale laissa tomber l'idée aussitôt qu'elle lui vînt. Les Savants étaient supposés être intelligents. Et se retrouver stupidement coincé dans une grange à la merci d'un pirate ennemi ne collait pas vraiment à l'idée qu'il se faisait d'un Savant. Ni de l'intelligence, d'ailleurs. Non pas qu'il ait une grande expérience dans la matière.

Un Ouragan, alors ? Peut-être. Mais, de ce qu'il savait, les Ouragans étaient des fantômes. Et être capable de disparaître à peu près n'importe où et n'importe quand devait sans le moindre doute demander une certaine discipline. Une certaine finesse. Une certaine ... maîtrise.

Haussant les épaules - et se sentant parfaitement capable de découper en morceau n'importe laquelle de ces trois options - Cale donna un petit coup de la pointe de sa botte dans le mollet nu du moineau. Enfin du type coincé.

"ça va, là d'ssous ?" demanda-t-il avec un sourire amusé "B'soin d'un coup d'main, p'têt ?"
Revenir en haut Aller en bas
Runy
Sloop
Sloop
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 03/08/2013
Age : 23
Localisation : Le Pays des Loutres.
Humeur : Koul Raoul

MessageSujet: Re: Petit oiseau si tu n'as pas d'ailes... [x Cale]   Ven 17 Oct - 17:14




Charlie ne savait pas ce qui était le plus angoissant ou dérangeant dans sa situation. A la rigueur, la honte d’être vu coincé misérablement sous une charrue était atténuée par le fait qu’il n’était pas coincé nu sous une charrue. En revanche, le point inquiétant du moment présent, c’était de savoir la réaction de son généreux sauveur… Lors de leur premier face-à-face, le rouquin avait pu constater à quel point les réflexes du pirate étaient aiguisés, tout comme devaient l’être les lames qu’il transportait avec lui. Qu’allait-il penser de ces deux jambes qui s’agitaient vainement sur le plancher miteux de la grande ? L’Aspirant ne se faisait pas d’illusions, il était certain que l’autre avait dû le repérer, quand bien même il était soûl quelques minutes à peine auparavant.

En fait, le plus inquiétant, c’est que maintenant qu’il avait fini de se tortiller, entre deux mouvements contorsionnés, il entendait… rien. Absolument rien. Aucune possibilité de déterminer la position de l’homme – quoi que de toute façon, avec la tête serrée entre deux parois, c’était pas l’idéal pour écouter.  Il crut percevoir un soupir à un moment, mais n’y aurait pas mis sa main à couper, de même qu'il n'aurait pu estimer sa localisation et sa distance. Et dire que ses jambes étaient tout bonnement et purement offertes à la vue, il en était malade. Ou bien c’était une sorte de crise de claustrophobie alliée à un manque d’oxygène et beaucoup de poussière, qui sait. Ou encore tout ça mélangé. Quoi qu’il en soit, il n’en avait pas fini avec cette journée pourrie, et elle venait seulement de commencer.

Quelque chose entrant en contact avec son mollet le fit sursauter, et il réalisa avec un frisson d’horreur que le pirate était juste à côté de lui, depuis un petit moment peut-être. Etait-il en train d’évaluer les meilleures manières de le découper, ou envisageait-il de lui écraser les orteils ? A moins qu’il ne soit en train d’essayer de faire le lien avec le moineau, Charlie était prêt à tout entendre, la chance n’était pas vraiment avec lui de toute façon. Et à la réflexion, il aurait fallu que l’homme soit vraiment soûl pour ne pas se poser de questions. L’Aspirant chassa ses sombres pensées de son esprit quand une voix, étouffée mais clairement amusée voire moqueuse, lui parvint.

"Ça va, là d'ssous ? B'soin d'un coup d'main, p'têt ?"

Un coup de massue pouvait être envisageable, au moins ça mettrait un terme à cette maudite journée. Mais ce serait une solution un peu facile, et au final, qui résoudrait pas grand-chose pour une bonne dose de douleur. Le rouquin hésita quelques petites secondes : demander de l’aide, c’était bien gentil, mais un : rien ne lui indiquait que le pirate allait vraiment l’aider. Deux : qu’allait-il faire s’il le sortait de là et apprenait qu’il était… Bougre d’âne, il était évident qu’il ne fallait pas lui dire !! Du coup, il devait rapidement s’inventer un passé de pirate ou au moins de citoyen lambda malchanceux, et faire de son mieux, malgré ses piètres prouesses dans l’exercice du mensonge. Adieu vat !

- Ma foi… Ce s’rait pas trop d’refus…

Les quelques restes de sa dignité protestèrent, mais il était habitué depuis longtemps déjà, bien avant même d’avoir été maudit ; il n’avait jamais eu le gabarit ni le charisme d’un homme plein d’assurance et d’honneur, voilà un moment qu’il s’était fait à cette idée. Il fallait seulement qu’il tire des leçons de ses diverses expériences et s’en serve à l’avenir !

Enfin… pourvu qu’il ait un avenir encore. Ce qui supposait déjà de survivre à l’extirpation de ce trou à rats, puis à l’affrontement du pirate. Et curieusement, aucune de ces deux options ne semblait très sûre ni réjouissante…


._______________


Pirates, I'll kick your asses.
MERCI GAKIIIII QAQ ♥
MAUDIT
Revenir en haut Aller en bas
http://runedraconis.deviantart.com/
Satan
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 19/05/2014
Localisation : au milieu d'un carnage
Humeur : Mwahahahahaha !!!

MessageSujet: Re: Petit oiseau si tu n'as pas d'ailes... [x Cale]   Mar 17 Mar - 17:09

"Ma foi… Ce s’rait pas trop d’refus…"

La petite voix étouffée qui filtra de sous l'amas de poutres n'était guère plus qu'un pépiement étouffé par le bois (et peut-être la trouille) Le ton fluet permit à Cale de deviner que le type coincé là-dessous était encore un gamin.

Bon, bah, voilà. Comment je l'sors de là ?

Le mercenaire haussa un sourcil, se gratta un moment l'arrière de la tête en réfléchissant à ce qu'il convenait de soulever en premier pour éviter de faire dégringoler d'autres poutres sur l'espèce de freluquet en dessous (dont la carrure lui rappelait vaguement celle de la Crevette) et décida de commencer par décharger les large planches qui maintenaient la charrue sur les jambes du gamin.

Considérant que le mercenaire possédait une valeur de force brute équivalente à celle d’un bœuf, les planches furent assez promptement empilées ailleurs, dévoilant par le même procédé, les cuisses et les fesses du gringalet. Le regard de Cale se posa sur le caleçon plus très blanc du gamin, son esprit cherchant une explication rationnelle au manque d’habits de l’autre. Une bonne cuite pouvait très bien se finir à poil, mais rien dans la constitution du gamin n’indiquait qu’il puisse ingurgiter suffisamment d’alcool – et y survivre – pour atteindre le niveau d’ébriété nécessaire à un tel geste.

Son attention se reporta sur la charrette dont l’une des roues, à moitié posée sur le torse du gamin et retenue par un empilement désordonné de briques, devait certainement l’étouffer à demi. Cale décida donc de commencer par déplacer les briques. Une fois chose faite, il saisit l’un des brancards de la charrette et la poussa un peu, ce qui devait déjà permettre au gamin de respirer plus librement. Malheureusement, la charrette était emberlificotée avec les restants d’une charrue dont le corps principal était en fer. Beaucoup trop lourd donc.

Et puis, les lames d’acier qui servaient à creuser les sillons dans les champs se trouvaient désormais un tout petit peu trop près de la tête du gamin pour que Cale ne les fasse bouger plus.

Avec un soupir, il en conclut qu’il ne restait plus qu’à trainer l’autre de sous sa prison, et tant pis pour les diverses égratignures et échardes qu’il se ferait certainement.
Quelle idée aussi de se retrouver à moitié à poil dans un tas de trucs coupants.

Cale revint donc au niveau des jambes qui dépassaient, se baissa, saisit les cheville du gamin, songea brièvement à le prévenir de ce qu’il comptait faire, finit par décider que non et tira d’un grand coup.

Toute réflexion faite, il aurait peut-être dû y aller plus doucement, parce que l’une des lames de la charrue tomba sous le choc et alla se planter à même pas deux pouces de l’oreille gauche du gamin étendu sur le ventre où il devait certainement être bien griffé.

Attendant que le jeune se relève, Cale jeta un coup d’œil alentour, histoire de s’assurer que Lloyd et Marty n’allaient pas débarquer et le trouver seul dans une grange avec un gamin à moitié à poil. Il se passerait volontiers des commentaires grivois des deux andouilles et – surtout – des douloureuses piques qu’Esvir ne manquerait pas de lui balancer si l’histoire arrivait à ses oreilles.

Reportant son regard sur le gringalet en face de lui, il posa la main sur le pommeau de Carnage à sa hanche. Le geste était calme et pas particulièrement menaçant, juste un rappel qu'il était parfaitement capable de reproduire les tours de lame qu'il avait effectué en se réveillant.
Puis, sur un ton qui n'admettait aucun refus, Cale posa sa première question :

"Ton nom, gamin. Et ton équipage."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petit oiseau si tu n'as pas d'ailes... [x Cale]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petit oiseau si tu n'as pas d'ailes... [x Cale]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit oiseau si tu n'as pas d'ailes, bah tu peux pas voler ♪ PEGGY
» Petit oiseau si tu n'as pas d'ailes, tu ne peux pas voler [Michiki]
» Un petit oiseau, un petit poisson, ... (Libre)
» Un petit oiseau en cage [Emily]
» "Petit oiseau si tu n'as pas d'ailes tu peux plus voler !" PV Adeline

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sea's Calling :: Sur terre... :: Les villes :: Klyx-
Sauter vers: