Yaarh ! Lancez vous à l'eau ! Venez incarner un pirate, une Autorité ou un citoyen.
 

Partagez | 
 

 Un équipage... bleu - Esvir & Cale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sohlaly
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 31/03/2014
Age : 23

MessageSujet: Un équipage... bleu - Esvir & Cale   Lun 26 Mai - 18:06

Son crâne le grattait.

Ses yeux le piquaient.

Sa peau s’étirait sans qu’il ne lui ait rien demandée. Et ses muscles criaient.

Ses oreilles tintaient encore des cris à répétition que la voix musquée d’Esvir avait fait entendre. Ordres sur ordres, représailles, moqueries. Il avait dû porter des dizaines de caisses de ses bras frêles, éplucher des kilos de pommes-de-terre, rouler des mètres de cordes.

En parlant de celles-là, d’ailleurs, il avait décidé de s’en méfier. L’une des premières choses qu’il avait fait en embarquant avait été de grimper les échelles de cordages pour monter au plus haut.

Ou du moins avait-il tenté.
C’était impossible.

Il s’était écorché la peau des mains, brûlé les vêtements, arraché les muscles, disloqués les membres… tout ça pour ne dépasser que d’une tête sa taille habituelle.  OOOH Non, Vilsburt…. Gol’ n’était pas encore en condition d’être un vrai pirate. La nuit avait été horrible, l’odeur de la cale était écœurante, son hamac sentait le poisson, il était recouvert de sel marin et avait besoin d’un bon bain.
Mais assis sur la rambarde du bateau, s’y tenant fermement pour ne pas tomber, ses deux jambes bien au-dessus des flots qui défilaient à perte de vue, le regard perdu sur l’horizon infini…
Gol’ n’avait jamais été aussi heureux.

Son capitaine l’intimidait un peu mais il ne le croisait pas souvent. Il était sous les ordres d’Esvir et commençait à se douter que la jeune femme émettait quelques… regrets à l’avoir pris sous son aile.

Mais jamais Gol n’avait-il été plus heureux.

Elle avait disparu après lui avoir donné ses dernières instructions, d’ailleurs, et il en avait profité pour terminer au plus vite son nettoyage du sol à grand coup de tissus imbibé d'eau immonde avant de profiter des vents sur ses vêtements lâches et ses cheveux de moins en moins blonds. Après tant d'effort, c'était mérité!

Qui d’autre avait-il rencontré ? Quelques pirates dont il ne connaissait pas encore le nom. Tous grands, forts, rieurs et alcoolisés. De mauvais garçons, comme on lui aurait-dit, à qui il n’aurait jamais adressé la parole. Des gens dangereux. Des pirates.

Gol’ eut un frisson.

Tout était bleu. L’équipage, la mer, le ciel.

Jamais il n’avait été aussi heureux.
Revenir en haut Aller en bas
Satan
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 19/05/2014
Localisation : au milieu d'un carnage
Humeur : Mwahahahahaha !!!

MessageSujet: Re: Un équipage... bleu - Esvir & Cale   Lun 26 Mai - 20:34

Suspendu aux cordages, Cale contemplait l'océan. La brise marine ébouriffait ses cheveux bruns. Le soleil dardait ses rayons brûlants sur sa peau tannée par le sel, et, sur son épaule, son cafard apprivoisé frissonnait légèrement quand une bourrasque trop vive l'atteignait.
Y avait pas à dire, la mer de Lancala, c'était une sacrée flaque.

Il observa quelques minutes le vol des mouettes et des goélands, signes qu'ils étaient encore proches des côtes, puis son regard dériva vers les hommes qui s'affairaient sur le pont. Il était temps de mettre un terme à sa pause et d'aller donner un coup de main.
Cale grattouilla le dos de Scrouik jr et entreprit de redescendre vers des sphères moins aériennes. Il était arrivé à peu près au niveau du pont quand il s'immobilisa.

Juste en dessous de lui, il y avait le zouf qu'Esvir avait ramené de Calico.

Bon, c'est pas qu'y m'empêche d'descendre, mais quand même...

Cale interrompit sa descente et jeta un vague coup d’œil au parcours acrobatique qu'il lui faudrait effectuer afin d'éviter le freluquet et une bouffée de flemme lui tomba dessus.
Il pouvait aussi lui dire de se pousser.
Ou simplement lui sauter dessus.

Trop compliqué, tout ça. Et puis, ce soleil était plus invitant à la sieste qu'aux acrobaties dans les haubans. Il finit par se perdre dans la contemplation du zouf à quatre pattes sur le sol.

Mais qu'est-ce qu'il fout c't'énergumène... ?

Il ... nettoyait le pont ?
Un léger sourire étira les lèvres du mercenaire quand il se remémora brièvement ses propres débuts...

L'attention de Cale se focalisa soudain sur la panosse avec laquelle le freluquet frottait énergiquement le bois poli par l'océan. Le tissu avaient une couleur étrange. Un mélange recherché de jaune pâle et d'orangé. Cale descendit de quelques cordages. Il y avait de fort jolies broderies dessus. Et puis le tissu, c'était de la soie.

D'la soie d'Asie.

Cale dut faire appel à un gros effort de volonté pour ne pas éclater de rire. Même lui, même bourré, il n'avait pas fait des bourdes pareilles.
Le zouf lavait le pont avec les habits d'Esvir.

Va y avoir d'la baston quand elle va rev'nir, Copper...

Ce n'était pas pour lui déplaire. L'idée lui donna un coup d'adrénaline et, porté par un soudain enthousiasme, Cale se laissa glisser silencieusement à côté du freluquet et s'écarta de quelques pas, pour aller s'adosser au mât. L'autre, trop concentré sur son petit carré de pont, ne le remarqua même pas.

Cale le contempla un moment, partagé entre le rire et la pitié. Ce fut quand l'ahuri se releva, en s'essuyant le front, une expression de fierté absolue sur le visage, que Cale opta pour la seconde.

Alors que le zouf s'asseyait sur la rambarde pour prendre quelques secondes de repos, Cale s'avança tranquillement, avec un sourire qui aurait sans doute mieux convenu à un meurtrier en puissance, et lui lança d'un ton où se dissimulait mal son hilarité intérieure :

"T'es sûr qu'ce soit la meilleure façon d'laver l'pont, crevette ?"
Revenir en haut Aller en bas
Sohlaly
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 31/03/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: Un équipage... bleu - Esvir & Cale   Lun 26 Mai - 21:21

"T'es sûr qu'ce soit la meilleure façon d'laver l'pont, crevette ?"

Gol’ sursauta. Il n’avait senti personne s’approcher.

Il se retourna d’un quart de torse pour éviter de tomber. Mais quand il vit qui lui faisait face, quand il comprit qui s’était adressé à lui, il s’empressa de passer une jambe prudente vers l’intérieur du bateau et repassa du côté sécurisé. Enfin, autant qu’un navire pouvait l’être.

Surtout quand on considérait en face de qui il avait atterri.

L’homme… la bête était grande. Beaucoup plus que lui-même ne l’était. Une montagne de muscle qui, s’ils n’étaient pas visibles à la lumière du jour sous la peau bronzée de l’Apollon, se laissaient facilement deviner sous ses vêtements. Une carrure à en faire pâlir le plus athlétique des hommes. Un pincement vint prendre le cœur de notre jeune aristocrate qui pouvait à peine bouger l’épaule après avoir frotté le pont comme on le lui avait demandé.

La petite liste qu’il s’était constitué dans son esprit ne cessait de s’allonger. Une moustache, des muscles. Bien. Encore une chose qu’il se devait d’obtenir.

Les yeux bleus du pirate étaient fixés sur lui. Il était appuyé contre le mât, tout en puissance, mais dégageant quelque chose d’étrange. Une confiance que Gol’ ne pouvait que rêver d’égaler.

«  p… pardon ? » demanda-t-il doucement.

Le Pont ? Il s’en était occupé consciencieusement, jusqu’à ce qu’une pause ne s’impose. (jeu de mot cocasse). Mais surtout… Crevette ? De quel droit s’adressait-il de la sorte au jeune noble ?
Gol’ faillit répliquer. Mais alors l’autre fit un bref mouvement, et une vague de muscle ondula par la même. Il se mordit la langue. Que dire quand on peut se faire lancer à la mer d’une simple pichenette ? Ah, oui, c'était le problème quand on ne s'était jamais battu qu'avec des plumes et que notre plus grande victoire était celle que l'on avait obtenue dans une joute verbale latine. (Cicéron et Horace n'avaient qu'à bien se tenir! Il était le Virgile des temps modernes!) Et sans parler d'armes! Lui ne s'était jamais battu qu'avec des fleurets d'apparat! Alors que celui-là avait deux immenses lames dans le dos, aussi large que ses cuisses.

Mais il ne voulait pas se laisser intimider ! Il était un Golden ! Non. Il était un Pirate, lui aussi !

Il gonfla sa poitrine d’air, se détacha de la rambarde et fit deux pas en avant dans l’idée d’aller se présenter. Il tendit une main, ouvrit la bouche :

«  Je suis nouveau, je viens d’arriver. Je m’appelle… »

Mais un hurlement couvrit la fin de sa phrase. A dire vrai, le cri avait précédé ce qu’il allait dire.
On l’appelait. Quel euphémisme ! Même les dieux avaient dû entendre cet appel qui était allé chatouiller la voûte céleste.

Sans savoir pourquoi et sans être certain de pouvoir déterminer l'origine de ce mauvais pressentiment, un drôle de frisson et une douce sueur froide coula sur sa nuque. Ohla. Cela ne présageait rien de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Zozheed
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 04/08/2013
Age : 23
Localisation : Autour d'une bouteille de rimus avec Aazu

MessageSujet: Re: Un équipage... bleu - Esvir & Cale   Sam 7 Juin - 22:51

C'était une... belle journée. Pas forcément bonne mais assurément belle.  Esvir était appelé à bosser sur tout les fronts : le chargement de la veille, les vérifications, la reprise des manœuvre après quelques semaines de pause, le boulot de bosco était vraiment le bon à tout faire par excellence. Mais s'il y avait bien une chose à laquelle elle ne pensais jamais être confrontée c'était bien du baby-sitting. Non. Il n'y avait pas d'autres termes, le capitaine avait du sentir l'embrouille et confier bien gentiment le nouveau bébé à Esvir. Quand même, un homme qui se fait terrasser par une flaque, elle aurait dû se douter des... "talents" du blond.
Vilsburt Gol'. Putain de beau morceau de main gauche. Elle avait voulu commencer par les bases de la manœuvre, affaler une voile des choses toutes bêtes. Mais... enfin le talent tout ça. Esvir était bien obligée de lui confier des tâches, certes ingrates, mais très simples. Elle demeurait tout de même soufflée face à la motivation de Gol'. Peut-être qu'en tapant un peu fort, elle pourrait lui faire entrer le métier dans sa tête dorée. Aller, prochaine étape: lui apprendre à manier les outils de mesure, ça pourrait peut-être plus correspondre à son côté intellectuel. Elle l'avait laissé sur le pont, cette pensée positive en tête.
Esvir avait été appelé par le vent. C'est poétique n'est-ce pas? Mais il avait enfin décidé à tourner et il fallait le chopper. Elle avait lui donc confié une tâche simple pour grimper dans les mâtures, sifflet en bouche.

Bien, la voile gonflait joliment et déjà le Pacte gagnait quelques nœuds. Esvir releva la tête, le vent dans sa tignasse et ses yeux pianotèrent un instant sur la rotondité de l'horizon. Mais cet instant de sérénité ne dura pas. Tien? Elle ne voyait plus Gol sur le pont. Il ne restait que le saut qu'il avait utilisé ainsi que... ? Esvir dévala les échelles, une mine soucieuse tirait ses traits. Mais elle se stoppa à un mètre du sol. Ce tissu... Elle l'avait reconnu. La dernière fois qu'elle l'avait vu c'était le matin même... Tendu sur une petite cordelette... Pour sécher dans la douceur de la journée... Son joli par-dessus en soie.

Elle bondit sur le plancher du pont, fulminante. Son état devait se lire sur son visage, les quelques marins qui se trouvaient à proximité s'étaient écartés et maintenaient une distance de sécurité.  Peu lui chaud, Esvir parcouru en deux enjambées la distance qui la séparait du méfait de "boulet-man".  Elle saisit le tissu, autre fois précieux, entre le pouce et l'index. Il se déploya à peine sous le poids de la graisse et de l'eau poisseuse que l'on utilisait pour laver le bois. Ironiquement les broderies en fil doré scintillèrent malgré tout sous un rayon de soleil. S'en était trop pour Esvir.

"NOM DE DIEU, GOL ! Elle ne pensait pas rugir si fort, mais cela ne la soulagea pas le moins du monde : T'es où Duchmolle ?  Elle tenait au poing le tissu et cherchait du regard le sous-doué. Si tu te raboules pas immédiatement ici, je te fourre un bâton dans le fion et je te mets en figure de proue !"

C'est alors qu'elle le vit. Son regard le fusilla un instant avant qu'elle ne se mette à s'avancer vers lui. Malgré ses pieds nus, ses pas sonnait comme des rochers heurtant le sol.
Esvir ne porta aucune attention à l’Enrhumé qui se trouvait près de lui. Elle bouscula cette montagne de muscle sans perdre des yeux le blond, qui s'était permis une petite pause -à l'aise Blaise- sur la rambarde du navire. Esvir ne sut pas ce qui la retint de le pousser dans l'eau de l'océan. Néanmoins elle le saisit avec violence par le col, manquant de le faire chuter.
Tout en maintenant la pression vers l'eau, elle avait toujours le regard planté dans celui de l'homme. D'une voix venue des profondeurs, clame mais vibrante de colère, elle lui demanda en détachant chaque mots tout en lui agitant le tissu sous le nez:

"Dis-moi... Est-ce que ça ressemble à un chiffon fait pour nettoyer le sol ? Elle laissa un petit temps mais ne le laissa pas répondre. Avec une pression plus insistante encore vers le vide, elle se répondit : Non, ça n'y ressemble pas, et tu sais pourquoi ? Elle se tourna vers Cale, le prenant comme témoigne : Toi, tu sais pourquoi hein ? Elle se retourna alors vivement vers Gol, rapprochant son visage de manière à ce que leur nez se touchent presque, et chuchota de manière terrifiante : Parce que ça, ça a des manches... Et... As-tu déjà vu un chiffon avec des manches ?... Moi pas. Et je pense qu'il y a une bonne raison à cela. Dugland."

Esvir le lâcha enfin, le repoussant une dernière fois en arrière et , de rage, elle balança le vêtement à la mer. Il sombra, laissant à la surface de l'eau des taches huileuses.
Elle avait le poing qui demandait d'être envoyé furieusement dans une certaine mâchoire, mais elle tenta de se clamer.

Gol n'avait rien d'un pirate, il n'avait même pas quelque chose d'un homme doué de ses dix doigts. A croire qu'on les lui avait remplacé par des pommes de terre germées.  

Découragée par tant de maladresse, elle marcha un peu et porta un profond regard de désespoir à Cale. Elle tendit le bras, pour prendre appui sur cette large (et haute) épaule musclée et fit semblant de sangloter dessus:

"Mais dis-moi ce que j'ai fait au bon Dieu pour mériter ça!"


"Ca", bien sûr qu'elle désignait Gol du doigt en disant ceci.

._______________
  Au grand coeur et libre d'esprit avec audace et sans retenue.

La charmante et agréable mais maudite bosco des Ferrés



crayon de papier comme je t'aime:
 


 :crawl: :
 


Dernière édition par Zozheed le Mer 25 Fév - 21:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Satan
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 19/05/2014
Localisation : au milieu d'un carnage
Humeur : Mwahahahahaha !!!

MessageSujet: Re: Un équipage... bleu - Esvir & Cale   Dim 8 Juin - 20:58

"NOM DE DIEU, GOL !"

Le rugissement d'Esvir résonna sur le pont du navire, porteur d'une telle rage que toute parole ou mouvement cessa pendant quelques instants. Cale sentit Scrouik jr aller se cacher dans sa ceinture de tissu.

"T'es où Duchmolle ?" aboya Copper.

Un irrépressible sourire vint titiller les lèvres de Cale alors que la Bosco effectuait un tour d'horizon pour repérer le futur cadavre... ou tapis de sol, ça dépendait de l'entrain qu'elle mettrait à l'aplatir.
Il attendit patiemment que le regard de Copper se pose sur eux, ravi d'être aux premières loges de la baston - barbare et sans pitié, à n'en pas douter - qui allait bientôt se produire.

"Si tu te raboules pas immédiatement ici," menaça la Bosco d'une voix qui aurait fait déguerpir le plus téméraire des hommes "je te fourre un bâton dans le fion et je te mets en figure de proue !"

Lorsqu'elle le repéra enfin, Cale crut discerner une étincelle de carnage dans ses yeux et posa instinctivement la main sur le sabre du même nom qu'il portait à la hanche, caressant du pouce son cafard tout tremblant, avant de se reprendre. Il n'était - pour cette fois - pas la cible de la terrifiante colère d'Esvir.
Juste un spectateur sacrément amusé qui n'attendait qu'une seule chose ; le début d'une belle baston comme seule la Bosco savait en faire.

Elle leur fonça dessus lentement - il n'y avait que Copper pour réussir un truc pareil - et le bouscula sans même lui adresser un regard.
Cale contint son envie de prendre cela pour un affront digne d'une répartie brutale et énergique. Il avait trop envie de voir ce qu'Esvir allait faire de son zouf pour l'interrompre en si bon chemin.
Et une toute petite voix en lui, lui murmurait qu'il ne s'en sortirait pas forcément en un seul morceau s'il se mettait sur la route d'une Copper en pétard...

Ladite Copper saisit violemment le col de la crevette qui se retrouva alors à moitié de l'autre côté de la rambarde, au dessus des vagues, en position plus que précaire...

Elle va l'balancer à la flotte ?

Cale chercha machinalement du regard une corde pour la lancer au zouf si ce devait être le cas. Se faire foutre à l'eau par une furie justement remontée était un sort qu'il ne souhaitait pas même au capitaine William.

Heureusement pour la crevette, Copper ne l'envoya pas prendre un bain d'eau de mer. Au lieu de cela, elle lui agita son vêtement ruiné sous les yeux en lui demandant - en le tapant à coup de mots, aurait été la formulation correcte, mais ça lui semblait bizarre - en quoi ce n'était pas un chiffon pour nettoyer le pont. Elle grondait ces mots de sa voix calme et vibrante de rage contenue qu'elle utilisait quand elle était vraiment en colère et que Cale avait appris à craindre... avec d'excellentes raisons. Il avait encore mal au coin de la mâchoire...

Quand elle se retourna une seconde vers Cale pour le prendre à partie, il se contenta d'afficher un immense sourire. Oh oui, il savait...

Elle reporta son attention sur le zouf un peu pâle - voire carrément verdâtre - et lui chuchota sur un ton qui fit courir un désagréable frisson dans le dos de Cale :

"Parce que ça, ça a des manches... Et... As-tu déjà vu un chiffon avec des manches ?... Moi pas. Et je pense qu'il y a une bonne raison à cela. Dugland."

Elle ponctua son insulte d'une bonne secousse qui, au jugé de l'équilibre instable du zouf, aurait bien pu le faire passer par dessus bord. Puis, elle lança le pauvre morceau de tissu dans l'eau où il s'abîma avec de pathétique "zgloub, zgloub"

Lorsqu'elle se tourna- vers lui, Cale capta une immense lassitude et un non moins immense désespoir dans son regard. Elle fit quelques pas vers lui et, désignant le zouf d'un doigt accusateur tout en mimant la tristesse la plus désespérée, pleurnicha sur son épaule un très convainquant :

"Mais dis-moi ce que j'ai fait au bon Dieu pour mériter ça!"

Les nombreux blasphèmes et jurons qu'elle - et lui, et l'ensemble de l'équipage, d'ailleurs - proféraient à longueur de journée furent son premier choix de réponse, mais il se souvint juste à temps d'une soirée à terre, particulièrement arrosée, qu'ils avaient terminée à régurgiter leurs intestins (et un immonde tord-boyau) sur le perron d'une église.

Il s'apprêtait à répondre quand une fulgurante intuition l'en dissuada.

Du second degré.
C'était du second degré.

Optant pour un rapide changement de stratégie - et intérieurement très fier d'être parvenu à ... comment ils disaient, déjà ? Réfléchir avant d'agir - il laissa sa main tapoter le dos de Copper :

"Là... là... rien d'trop grave."

Pris d'inspiration, il ajouta :

"Contente-toi d'retenir sur sa part du prochain butin d'quoi t'ach'ter un aut'chiff... habit... Au pire, tu peux toujours l'tabasser jusqu'à ce qu'y ait un peu d'plomb dans sa p'tite tête."

Sentant que l'orage était - plus ou moins - passé, Scrouik jr sortit la tête de sa cachette et entreprit d'escalader le bras du mercenaire pour finir par se percher sur son épaule.
Revenir en haut Aller en bas
Sohlaly
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 31/03/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: Un équipage... bleu - Esvir & Cale   Mar 1 Juil - 12:07



« Au pire, tu peux toujours l'tabasser jusqu'à ce qu'y ait un peu d'plomb dans sa p'tite tête. »

Que… Comment ?! Mais quelle brute ! Quelle sauvagerie ! D’abord le traiter de Crevette, puis encourager la furie à…. La furie. Certes. Il avait plus urgent à traiter.

À moitié étranglé par la jeune femme, vert de nausée – et de frousse, il fallait l’avouer – Gol’ était un peu perdu. Certes, il semblait avoir commis une erreur, il le sentait. Enfin, elle le lui hurlait à la figure.
Mais il avait fait sa part de travail, non ? Cette parcelle de pont qu’il avait frotté avec toute son âme au point de voir poindre quelques gouttes de sueur sur son front ?!

Oui, il en avait transpiré ! Il s’était d’ailleurs empressé de prendre une pause bien méritée. Jusqu’à ce que ne débaroule ce monstre de muscle certainement illettré.

Mais il ne s’agissait pas que de cela, n’est-ce pas ? Esvir tenait du tissus huilé et dégoulinant entre ses doigts. Qu’elle avait très justement lancé à la mer, d’ailleurs. Si Gol’ n’avait pas été dans l’incapacité de parler, il le lui aurait suggéré plus tôt. C’était parfaitement dégoûtant.

Comment avait-elle appelé cela, déjà ? Chiffon avec des manches ? Comment ?! Un vêtement ? Précieux, d’autant plus ?!

Mais Gol’ n’avait jamais vu de telles fabriques ! Comment pouvait-il savoir ?

- Je… Je retrouverai les mêmes ! lança-t-il lorsqu’il prit conscience de tout cela, une fois qu’elle l’eut relâchée pour tomber sur l’épaule de la montagne. Je me débrouillerai pour réparer ma faute, ma Dame. Foi de Vilsburt Gol’…

Il s’arrêta à temps pour ne pas en dire d’avantage. Il avait beau être un empoté en tant que mousse il n’avait pas perdu la tête pour autant. Si on venait à savoir son véritable nom…

Cette pensée vint s’ajouter à la pile de chose effrayante qu’il lui arrivait ce jour-là. Les menaces du Bosco raisonnaient dans sa tête. Il ne put s’empêcher d’admirer sa force imaginative, tout de même. Fourrer le jeune homme du mobilier… c’était… intéressant.

Inconsciemment, Gol’ serra les fesses. Après cette preuve physique d’un instinct de survie tout de même présent en lui, il se tourna vers l’homme, pris contenance et :

- Votre nom, monsieur ?

Il fallait aller de l’avant. Il ne pouvait plus rien pour les vêtements, mis à part cette promesse qu’il ajouta à sa liste mentale.

1) Faire interdire l’alcool du barman de Calico –Il fallait que quelqu’un le fasse, c’était un danger publique ;
2) Se faire pousser la même moustache que Fabuleuse-Moustache, l’Autorité ;
3) Payer son erreur en retrouvant les mêmes vêtements.


Et en attendant et dans l’immédiat, comprendre qui était cet homme. Tout en priant qu'Esvir le pardonne. Ce qui ne semblait pas chose facile.
Revenir en haut Aller en bas
Satan
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 19/05/2014
Localisation : au milieu d'un carnage
Humeur : Mwahahahahaha !!!

MessageSujet: Re: Un équipage... bleu - Esvir & Cale   Dim 3 Aoû - 22:24

Monsieur ? C'était la première fois qu'on l'appelait comme ça.
Salopard, ordure, boucher, monstre... il avait plus l'habitude.
Mais Monsieur ?
Cale laissa son regard voyager de haut en bas du zouf, notant les mains fines et pâles, très abîmées par le travail de marin, ainsi que les coups de soleil qui rougissaient ses avant-bras et ses joues...
Le type ne devait pas beaucoup sortir... et il n'avait sans doute jamais vraiment travaillé. Pas de façon fatigante, en tout cas. Et pas de ses deux-mains, vu sa maladresse.
Un aristo.
Enfin... un ex-aristo.

Et cette espèce d'olibrius devait être bien suicidaire pour tourner le dos à une Esvir en pétard et changer de sujet pour lui demander son nom, comme ça, pépère...
Il jeta un bref coup d'oeil à la Copper qui semblait vaguement se calmer. Voire même attendre sa réponse, histoire de se marrer un bon coup.
Peut-être pas si suicidaire que ça, après tout.

Esvir voulait qu'il impressionne le zouf ? Qu'il lui foute les boules ? Avec grand plaisir. Cale reporta son attention sur la crevette qui attendait sa réponse. Avec un de ses sourires carnassiers dont il avait le secret, Il lui lança :

"Cale Blackscythe. Mais y a qu'Copper et l'Capitaine qui peuvent m'appeler comme ça. Pour toi, crevette, c'est Deux-lames."

En un éclair, Cale avait dégainé Rage à son épaule gauche et l'avait arrêtée à moins d'un millimètre de la gorge du zouf.

"Deux-lames. Rappelle-t-en."

Très satisfait de son petit effet, il rengaina son sabre d'un mouvement fluide sans lâcher le zouf des yeux. Une petite prouesse qu'il avait perfectionnée avec le temps et l'entraînement et qui, il le savait, était terriblement impressionnante lorsqu'elle était bien exécutée.
Et en matière d'exécution, il était très doué.
Il jeta un petit regard à la crevette - un peu pâle - et sourit intérieurement. Pointer un sabre sur quelqu'un avant même qu'il n'ait le temps de réagir était sans conteste la façon la plus efficace qu'il avait trouvée de se faire respecter... et, surtout, craindre. L'espèce de nouille ne risquait rien, évidemment. Cale maîtrisait parfaitement ses sabres et il n'aurait jamais risqué la colère d'Esvir en abîmant son zouf. (De façon irrécupérable, hein, parce que deux-trois beignes, ça ne comptait pas.)
Après tout, aux yeux de Cale, si Copper avait amené la crevette sur le Pacte, elle le plaçait sous sa protection. Et il n'était pas suffisamment dégoûté de la vie pour toucher à quelque chose qui appartenait à Esvir.

Scrouik jr descendit le long de son épaule et Cale orienta sa main de façon à ce que le cafard puisse se poser sur sa paume. Là, il se mit à tourner en rond en se frottant répétitivement contre son pouce. Cale soupira intérieurement.
C'était bien sa veine d'avoir apprivoisé le seul cafard au monde perpétuellement en manque de câlins.
Il le gratouilla du bout de l'index en attendant la réaction certainement effrayée du zouf... et la réaction certainement amusée de Copper.
Il avait raté une belle occasion de bagarre, mais il ne désespérait pas d'en déclencher une autre.


Dernière édition par Satan le Sam 27 Sep - 0:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zozheed
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 04/08/2013
Age : 23
Localisation : Autour d'une bouteille de rimus avec Aazu

MessageSujet: Re: Un équipage... bleu - Esvir & Cale   Mar 16 Sep - 21:11

Le bras monté sur l'épaule de Cale, Esvir ne pouvait s'empêcher de fusilier le blond du regard. Un peu plus et un sifflement menaçant lui glisserait des lèvres. Elle ne savait dire si c'était la perte d'un bien- car il faut bien être matérialiste pour devenir pirate- ou la débilité du geste qui la mettait dans cet état. Mais soyez s'en sûrs, son crime sera puni.

Pour l'instant Gol jeaugea Cale et somma, avec un ton décalé et terriblement bourgeois, que ce dernier se présente. Sa demande sonna tellement faux qu'Esvir tourna un regard amusé vers Cale, le bras toujours perché sur son épaule musclée :

"Mais oui Monsieur, t'es qui en fait?"

Elle ne fut pas déçue de la réponse chargée de testostérone que fournit Cale. Elle le laissa même menacer de façon très provocante son « protégé commis d'office ». Elle se crispa un peu, certes, car Gol était assez doué pour être capable de se planter dessus par accident. Elle s'était même placé d'instinct à la hauteur des deux hommes, tel un arbitre, prête à les séparer au cas où.

Soulagée quand elle vit la lame de l'Enrhumé glissée dans son fourreau, elle porta son regard sur Gol et s'attendit à le trouver pâle de peur. Mais c'est un homme droit, le regard pétillant de colère et le buste gonflé qu'elle vit. Autant dire qu'Esvir s'en trouva « sur le cul ». Les yeux ronds elle le regarda faire quelques pas valeureux. Alors qu'elle s’apprêtait à le saisir en vol pour lui éviter de se faire répendre les vicaires sur le pont, elle nota la trajectoire que prenait Gol, qui aillait... inéluctablement  ... Derrière... Elle ?  

Elle le suivit du regard, médusée, alors qu'il se tapissait dans l'ombre de son dos, la prenant comme bouclier humain.

Le visage à moitié tourné, elle prit quelques secondes pour scruter d'un œil inquiétant l'homme qui se trouvait derrière elle, puis bascula les hanches et posa son poing serré sur sa taille, mine renfrognée au visage. Il va se faire démonter au premier abordage.

Esvir se perdit quelque peu dans les villosités musculaires bigrement... Musclées de Cale quand soudain la lumière se fit dans son esprit. Décidément, les muscles avait un effet du tonnerre sur elle.

Elle s'avança, le pas léger, vers Cale -fait plutôt surprenant vu son humeur du moment-, puis se hissa vers l'oreille de ce dernier – tien, elle ne savait pas que l'on pouvait avoir du muscle à cet endroit là du corps... Mais comment faisait-il?- et lui glissa quelques mots, jetant de temps à autre des petits regards en biais au blond.  
Une fois son plan exposé à l'Enrhumé, elle se retourna vers ce pauvre Gol et ricana de manière diabolique.

Elle saisit contre le grand mat, sa rapière, chère compagne, et hésita un instant à la lancer à Gol, mais c'est alors qu'elle se rappela à qui elle avait à faire. Préférant son arme à un super effet théâtral elle s’avança, tapotant la garde de sa main gantée, jusqu'à se figer devant Gol, petit rictus aux lèvres.

Après ce petit temps d'observation, elle lui la tendit et son sourire en fut que plus large :

"Première leçon d'escrime, Gol."

Elle s'effaça pour laisser place à la tornade de muscle.

"Et que le spectacle commence." Se dit-elle en prenant place sur la rambarde du navire.

._______________
  Au grand coeur et libre d'esprit avec audace et sans retenue.

La charmante et agréable mais maudite bosco des Ferrés



crayon de papier comme je t'aime:
 


 :crawl: :
 
Revenir en haut Aller en bas
Satan
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 19/05/2014
Localisation : au milieu d'un carnage
Humeur : Mwahahahahaha !!!

MessageSujet: Re: Un équipage... bleu - Esvir & Cale   Sam 27 Sep - 0:17

Cale resta un moment silencieux à contempler Esvir.

Sérieusement ?

Le mercenaire n'était pas sourd. Il avait parfaitement entendu la requête de la Bosco. Mais...

Sérieusement ?

Il jaugea d'un regard le zouf qui avait attrapé la rapière d'une main un brin tremblante... et par le mauvais bout, d'ailleurs - heureusement que la lame était toujours dans son fourreau - puis jeta un regard à Copper avant de revenir sur la crevette qui regardait l'épée d'Esvir comme si elle allait lui sauter dessus pour lui mordre les c...

"Première leçon d'escrime, Gol." déclara-t-elle en interrompant théâtralement le fil de ses pensées.

Cale fronça les sourcils. Le mot leçon impliquait que la crevette rachitique qu'il avait en face de lui devait avoir une chance de progresser. Et, vu comme le zouf tenait son épée, Cale doutait qu'il puisse lui apprendre ne serait-ce qu'à la garder en main. Non, il allait certainement la lâcher au plus mauvais moment. Ou au pire endroit. Ou se la planter accidentellement dans le pied.
Ou les trois.
Certainement les trois.
Ce type n'avait pas - mais absolument pas - ce qu'il fallait pour répandre des tripes sur le pont d'un navire.

Le mercenaire estima brièvement les chances de survie du zouf lors du prochain abordage et, au jugé, considéra qu'avec un peu de chance, le protégé d'Esvir tiendrait environ quatre minutes.
Six, s'il avait Copper pour baby-sitter durant la bataille.
Ce qui ne serait pas le cas vu que la Bosco aurait d'autres choses à faire.
Comme gérer l'abordage par exemple.
Quatre minutes d'espérance de vie, donc.
Voilà qui expliquait qu'elle veuille endurcir son zouf avant le massacre.
Histoire qu'il tienne un peu plus longtemps.
Genre cinq minutes.
D'où la leçon d'escrime.
Mais...

Sérieusement ?

"Copper..." commença-t-il lentement en se tournant vers elle, ignorant superbement l'autre au passage "J'fais pas d'miracles."

L'étincelle de malice qu'il lut dans les yeux d'Esvir lui apprit qu'il n'avait pas besoin d'en faire.
Du moins pas pour le moment.
Apparemment la Bosco voulait juste qu'il fasse tâter de l'acier à son protégé. Histoire de lui apprendre la vie.
Le reste viendrait plus tard. Normalement.
Cale doutait que cet espèce de brocoli anémique soit simplement capable de survivre à un simple échauffement. D'un geste large, le mercenaire désigna le zouf de haut en bas :

"Tu veux qu'j'lui apprenne à s'battre ?" demanda-t-il avec une bonne dose d'incrédulité dans la voix "Tu l'as bien r'gardé ? C'te crevette sait mêm'pas t'nir sa lame !"

Et Cale n'avait aucune - mais alors aucune - envie de se fatiguer pour rien. Les cas désespérés, qu'ils aillent se faire voir.
On le surnommait Deux-Lames ou le Taré, et il se baladait avec deux énormes sabres constamment affûtés comme des lames de rasoir...
La charité, c'était pas son truc.

"Pourquoi j'perdrais mon temps ?"

Nouveau regard au zouf, chargé d'une bonne dose de mépris :

"Y pourrait même pas toucher un cul d'jatte unijambiste... borgne et ... manchot."

Et il était hors de question qu'il le baby-sitte pendant les abordages. C'était le zouf d'Esvir, pas le sien. Et il comptait bien mettre les choses au point très vite.

"Si y s'bat, y va s'faire démembrer à la première bataille."

Regard glacial en direction de la crevette :

"Compte pas sur moi pour ramasser les morceaux."
Revenir en haut Aller en bas
Sohlaly
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 31/03/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: Un équipage... bleu - Esvir & Cale   Mer 25 Fév - 12:39

"Première leçon d'escrime, Gol."

Ces mots raisonnaient entre eux, sur le bateau, sur la mer, sur le temps et sur leur peau. Ils semblaient s’être répété encore et encore dans leurs esprits, comme si leur sonorité était étrange, inhabituelle, impossible et hybride.

Ce qui était le cas, d’ailleurs.

La Bête fronçait les sourcils. C’était donc qu’un semblant de réflexion venait lui chatouiller le crâne. Et lorsqu’un idiot dangereux réfléchit, ce n’est jamais bon signe.

Gol’ avait attrapé le fourreau de l’épée et celle-ci lui sembla exceptionnellement lourde. Il avait fait ses classes, par le ciel, il savait tenir une lame !

D’apparat.


Il déglutit. Lorsqu’il tira le fer pour l’observer à la lumière, il déglutit une fois de plus, péniblement. Elle était rongée, brisée par endroits, dans un état catastrophique. Rien à voir avec les deux impressionnantes épées que possédait le monstrueux pirate en face de lui.

Il sentit le regard jugeur de la montagne sur lui, savait qu’Esvir souriait avec satisfaction. Quelle vengeance ! C’était... bas. Mais après tout, il avait commis une erreur.

Note personnelle : Ne. Jamais. La mettre. En colère.

Jamais.

"Copper..." commença-t-il lentement en se tournant vers elle, "J'fais pas d'miracles."

Un souffle de soulagement se glissa dans la poitrine du gentleman. La brute refusait ? Oh, ciel, Oui, qu’il refuse ! Qu’il refuse !

Son impressionnante musculature roula sous sa peau lorsqu’il leva le bras pour le désigner, comme l’aurait fait un enfant accusateur à l’attention d’une mère incompréhensive :

"Tu veux qu'j'lui apprenne à s'battre ?" demanda-t-il avec une incrédulité insultante dans la voix "Tu l'as bien r'gardé ? C'te crevette sait mêm'pas t'nir sa lame !"

Gol’ – qui jusqu’alors fixait les planches dans sa prière fervente de se faire oublier – releva le visage vers lui.

Crevette ?

"Pourquoi j'perdrais mon temps ?’’ continuait-il en tournant, cette fois, les yeux vers lui, non pas pour reconnaitre son existence, mais pour l’écraser d’un regard. "Y pourrait même pas toucher un cul d'jatte unijambiste... borgne et ... manchot."


Vilsburt sursauta. Une minuscule partie de son esprit tentait d’imaginer la chose, le reste s’insurgeait de ces insultes à répétition que ce rustre lui faisait.

"Si y s'bat, y va s'faire démembrer à la première bataille. Compte pas sur moi pour ramasser les morceaux." Termina-t-il enfin, appuyant ses mots d’un regard froid.


Gol’ bouillonnait.

Il n’avait pas eu aussi chaud depuis très longtemps, et la chaleur de l’astre solaire n’avait rien à voir avec cela.

On l’avait blessé dans son honneur, dans sa vanité, et s’il pouvait se tarer d’être un homme humble, on ne touchait pas à l’honneur d’un noble. C’était chose à ne pas faire, inacceptable, insultante !

Il avait passé le stade d’interrompre son adversaire pour lui envoyer une phrase bien sentie ;
Il avait dépassé le stade de tirer un gant et gifler son ennemi ;
Il avait outrepassé le stade de l’hostilité ouverte et officielle.

La crevette était vexée.


Rouge – oh ciel, il devait se reprendre où il lui donnerait raison ! – et concentré, Vilsburt serrait les poings de frustration. Son cœur battait fort, le sang envahissait son visage, et soudain il oublia que le pirate était un tueur, un aventurier, une montagne de force brute et sauvage, il mit de côté le fait qu’il fut un mercenaire et lui un simple noble chétif et malodorant après quelques heures à peine passées sur un navire pirate…

Il se baissa.

Se saisit d’une brosse pleine de crasse.

Et la lança de toutes ses forces vers la bête.


Son torse se soulevait lentement mais puissamment, l’air marin l’emplissait et nourrissait son courage nouvellement acquis. Il se redressa et se sentit plus grand, l’épée lui sembla moins lourde pendant une demi-seconde.

Celle qu’il lui fallut pour se rendre compte que le projectile toucha sa cible, certes…. Mais il avait, nous l’avons dit, lancé de toutes ses forces…

Pas grand-chose, donc.

                                                 …En direction de la tête…

Et toucha le poitrail.

                                                                                   …Dans l’idée, le but, le fol espoir de l’assommer.

Et voilà où nous en étions. Une demi-seconde pour se rendre compte que ce boulet de canon qu’il pensait avoir jeté se contentait de glisser sur l’estomac de pierre de ce mur qu’était Cale, qui avait baissé les yeux pour regarder la chose.

Qui au passage tâcha son pantalon.

Le silence, sur le pont, était assourdissant.

Gol recula d’un pas, le fourreau de l’épée plaqué contre son cœur affolé. Une pathétique bruit s’échappa d’entre ses lèvres. Un hoquet ? Un couinement ? Un gloussement ?

Lui-même ne savait pas ce que c’était. Une folle aventure, une escapade de quelques heures…. Était-ce la fin ? La fin de sa vie ? Il ne s’était jamais comporté de manière aussi puérile.


Il avait, visiblement, mal choisi son moment.






Revenir en haut Aller en bas
Satan
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 19/05/2014
Localisation : au milieu d'un carnage
Humeur : Mwahahahahaha !!!

MessageSujet: Re: Un équipage... bleu - Esvir & Cale   Mer 25 Fév - 16:20

Cale était doté de réflexes stupéfiants.
Des réflexes qui lui avaient sauvé la peau à de nombreuses reprises.
Pourtant, quand la crevette se baissa lentement et ramassa une brosse sur le pont, la serrant si fort que ses phalanges blanchissaient, le mercenaire ne pensa pas un instant que l'espèce d'ex-aristo maladroit parviendrait à rassembler suffisamment de courage (ou d'inconscience) pour aller jusqu'au bout de son intention.
Et, même quand le zouf lança faiblement la brosse contre son torse, Cale aurait eu le temps de l'esquiver.
Il ne bougea pas.
La colère qui brûlait dans les yeux de la crevette avait pendant un fragile instant déformé la réalité, laissant transparaître une possibilité.
Pendant un instant, Cale avait vu quelqu'un d'autre.
Pas un combattant - il s'en fallait de beaucoup - mais l'esquisse furtive de ce que l'ex-aristo pourrait devenir un jour. Peut-être. Avec beaucoup de chance.

Les yeux de Cale retombèrent sur la brosse et un rictus étira ses lèvres alors qu'il haussait un sourcil peu impressionné.
Puis son regard retourna se porter sur le zouf qui était soudainement devenu très pâle.
Cale leva lentement la main droite à son épaule où il saisit Rage sans lâcher un instant l'autre des yeux. Le sabre chuinta doucement en glissant hors de son fourreau. L'acier de la lame refléta un rayon de soleil, glissant le long du tranchant intact, parfaitement affûté, preuve du soin extrême que le mercenaire prodiguait à ses armes.
Le mince rictus qui étirait ses lèvres s'élargit lentement jusqu'à devenir un sourire carnassier.

Cale pointa Rage sur le zouf.

"Dégaine, crevette." susurra-t-il lentement "Montre-moi c'que t'as dans l'ventre, ou j'répand tes tripes sur l'pont pour vérifier..."
Revenir en haut Aller en bas
Sohlaly
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 31/03/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: Un équipage... bleu - Esvir & Cale   Mer 25 Fév - 19:32

Vilsburt couina.


Ses tripes sur le pont. Lui qui avait passé plus d'une demi-heure à le nettoyer, ce serait criminel!
Il n'avait jamais mis autant de temps et d'ardeur dans une activité aussi rébarbative, et sentais au fond de lui que si la Bosco n'avait pas été en colère contre lui, il y aurait belle lurette qu'elle l'aurait félicité pour son dur labeur!


Son indignation mise à part, l'idée lui soulevait le coeur, et il ne devait qu'à son éducation pince-fesse de ne pas

a) vomir
b) faire dans ses pantalons. Les deux cas auraient contribué à gâcher son travail de nettoyage, aussi parvint-il à se retenir.


Il n'y en avait pas moins une imposante lame pointée sur lui.


Alors oui. Vilsburt couinait.

Il recula de quelques pas - pour atteindre une distance de sécurité - six ou sept pieds semblait viable. Pas hors de danger, mais viable - mais se retrouva contre le mat.

N'importe quel stratège de pacotille pouvais se rendre compte qu'être acculé ne serait pas le meilleur moyen de se tirer d'un mauvais pas. Aussi se dit-il qu'il devait se concentrer sur ses avantages.

Il observa le pirate et compara.

Taille: Non.
Agilité: ...Non plus.
Armement: nnnnop!
Force: HA! non.
Rapidité: N'est-ce pas la même chose que l'agilité? Non? Oh et bien: Non, toujours pas.


Apparemment, Vilsburt était en.... difficulté.


Apparence: L'autre était beau, grand, musclé et bronzé.
Langage: ah, là on approchait de quelque chose, Vilsburt était bon pour s'exprimer. Mais dans le cas présent, peu importait.
Élégance: se posait-il vraiment la question? Sérieusement?
Courage: Rien que pour se trouver dans cette situation présente, Gol' estimait avoir mérité un prix de courage. Mais les cicatrices sur le corps de son opposant lui prouvaient qu'il n'était pas le seul à en faire preuve.
Peur: Voilà. Il avait gagné. C'était lui, lui seul qui détenait le prix de trouillardise entre les deux.


Il faillit en être fier pendant un instant. Puis se rendit compte du ridicule de ses pensées. Était-il en train de devenir fou?

Ses genoux tremblaient.

Il couina une troisième fois.

Regarda frénétiquement à droite et à gauche. Lâcha son épée.

Bondit vers une échelle de corde, qui se détacha du mat, et en quelques secondes à peine il se retrouva perché au dessus des vagues.

Alors il fit la dernière chose possible:

" ESVIIIIIIIIIIR!"


Son cris de petite fille résonna sur les flots.
Revenir en haut Aller en bas
Satan
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 19/05/2014
Localisation : au milieu d'un carnage
Humeur : Mwahahahahaha !!!

MessageSujet: Re: Un équipage... bleu - Esvir & Cale   Mar 17 Mar - 17:42


Cale laissa la crevette reculer d'au moins dix pas, prédisant la fin de sa trajectoire et souriant intérieurement quand le zouf heurta le pied du mât. L'espèce de hurluberlu se figea alors pendant un long moment et un air d'intense concentration passa dans son regard.
Cale fit un pas dans sa direction, bien décidé à lui démontrer que se retrouver acculé contre le mât était une très mauvaise façon de montrer ce qu'il avait dans le ventre. (ou une très bonne façon, dépendant de ce qu'on entendait par "dans le ventre"...)
S'il s'attendait à une expression de peur à son geste, il fut tout de même légèrement surpris par la réaction de panique totale (et d'incroyable agilité pour un type apparemment doté de deux pieds gauches) que causa son avancée menaçante.
La crevette fonça vers le mât principal et, sautant sur les cordages, entreprit de les escalader jusqu'au nid de pie. Mais évidemment quand il se saisit de l'échelle d'abordage (car c'en était bien une), celle-ci se détacha à sa traction et le zouf fut entrainé sur le côté du navire, suspendu au dessus des vagues.
Il fallut trois secondes à Cale pour jauger la situation plus que précaire de la crevette, deviner que le zouf allait très certainement lâcher prise, voir tomber dans les vapes (si sa couleur verdâtre donnait la moindre indication à ce sujet) et se noyer.
Rengainant, Rage d'un geste fluide, Cale s'élança sur le pont, prit appui sur la rambarde de bois et sauta.

Il eut de la chance qu'une soudaine rafale de vent pousse l'échelle de quelques pieds vers lui ou il aurait fini dans l'eau et les choses auraient été beaucoup moins plaisantes.
Heureusement il parvint à attraper le dernier échelon et se hissa à la force des bras jusqu’à la crevette. Ne tenant absolument pas compte des protestations outrées du zouf, il l’attrapa par le col et le jeta sur son épaule tel un sac de patates – patates qu’ils mangeaient tous les jours et dont il commençait sérieusement à se lasser – et entreprit d’escalader les échelons instables avec une seule main libre.

"Esvir !" s’écria-t-il d’une voix de stentor malgré l’effort "Si tu pouvais ram’ner l’échelle sur l'pont, ce s’rait sympa !"

Cale n'avait vraiment, mais vraiment, pas envie de tomber dans l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un équipage... bleu - Esvir & Cale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un équipage... bleu - Esvir & Cale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le "Carré Bleu"
» [Orks] Des orks tous bleu. Waaaght! Du Big Boss l'min bleu.
» Les rouge vs les bleu :Un jeune est assassiné à Montréal.
» SPA l'étang bleu
» Bleu présentation[Mise à jour]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sea's Calling :: En mer... :: Mer de Lancala-
Sauter vers: