Yaarh ! Lancez vous à l'eau ! Venez incarner un pirate, une Autorité ou un citoyen.
 

Partagez | 
 

 De la fumée dans la taverne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zozheed
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 04/08/2013
Age : 23
Localisation : Autour d'une bouteille de rimus avec Aazu

MessageSujet: De la fumée dans la taverne   Mar 5 Nov - 22:53

Cela faisait une éternité qu'Esvir n'avait pas posé ses fesses sur un cheval, mais heureusement pour elle, le canasson qu'elle avait emprunté au port était très facile de caractère si bien que le trajet jusqu'à Giroux se déroula sans encombre. Elle faisait route seule, ce qui est bien rare pour un Ferré, mais l'équipage avait décidé de rester hors de la ville à cause d'une certaine effervescence chez les autorités. Esvir n'avait pas jugé nécessaire d'embarquer des hommes avec elle ; elle se rendait en ville car l'un de ses informateur personnel l'avait convier à la taverne pour causer affaire. L'histoire d'un simple aller-retour, pas de quoi déménager toute une escorte.
Elle arriva en début de soirée aux portes de la ville, accompagnée d'une petite bruine. Ne voulant pas attirer l'attention elle avait adopté une tenue sobre, avec un tricorne pour dissimuler ses cheveux et se protéger de la pluie ainsi qu'un long manteau de cuir qui lui permettait de dissimuler sa rapière.

Les informations étaient bien fondées, une drôle d’ambiance régnait dans les rues, les autorités se déplaçaient en banc en faisant claquer leur bottes sur les pavés désormais humides des rues, les supérieurs jappaient leur ordres et faisaient contrôler toutes personnes jugées suspectes. Esvir dû emprunter des petites ruelles et faire certains détours pour en éviter la rencontre.

C'est avec soulagement qu'elle arriva à la taverne. L'ambiance intérieure détonnait bien avec celle du dehors : musique, rire, tintement de verre, bruit de table, tout cela se réunissait pour fournir un joli tohu bohu d'une taverne qui tournait bien. Esvir resta un moment plantée à l'entrée à scruter la foule à la recherche de son interlocuteur. Ne le trouvant pas elle arracha d'un geste vif son tricorne et ébouriffa ses cheveux avant de s'engouffrer dans la cohue. C'est seulement après quelques tours de piste que l'homme se manifesta enfin.

Franz Hood était un homme banal : la quarantaine avec un bon début de calvitie, rondouillard avec une face aimable sans pour autant avoir un charisme extraordinaire. Mais son activité était pour le moins intéressante, profitant de sa situation comme employé au courrier maritime, il dérobait et revendait des informations officielles à plusieurs employeurs. Esvir avait passé un contrat avec lui pendant ces débuts chez les Ferrés.

"Copper' ! Ma grande, comment vas-tu? S'exclama-t-il pendant qu'elle prenait place en face de lui.
- Je vais bien, merci. Elle fini de retirer son manteau puis continua : Alors qu'as-tu de neuf à me proposer?
- Oh Cooper', tu veux tout de suite parler boulot ? Laisse-moi au moins t'offrir un verre! Reprit-il avec un enthousiasme exacerbé qui masquait mal une certaine gène, mais il continua sur sa lancé : Un petit verre de rhum pour te remettre du voyage?
-Non, prends-moi plutôt une brune, je carbure au rhum en mer." Elle le laissa tourner autour du pot le temps que leur commande arrive.

Une fois son verre en main elle se remit à la tache et fini par faire cracher le morceau à Hood qui était pour le moins gêné :
"En fait t'arrives trop tard, vous n'étiez pas les seuls pirates sur le coup et vous vous êtes fait chourer le magot... Il lui expliqua qu'un navire marchand chargé d'une importante cargaison de denrées rares et d'épices était censé lever l'ancre dans quelques jours et qu'une fois qu'il avait pêché la nouvelle il avait laissé coulé et n'avait pas vu le papier mentionnant que la date avait été avancée.    
- Quoi ? Tu veux dire que j'ai fait faire un détour au capitaine, que je me suis tapé le cul sur un cheval pendant trois heures et traversé une ville grouillante d'autorités, tout ça pour une info morte ? Elle soupia et bu quelques gorgées de sa bière plus qu'amère. Bon.. Et qui sont les heureux vainceurs ? L'autre se pencha vers elle et reprit tout en baissant d'un ton :
-Ce serait les savants d'après les bruits qui courent et... Esvir le coupa:
-Ah... Et bien, ce grand malade de Van Tassel pourra manger épicé ces prochains jours, grand bien lui fasse. 
- Laisse-moi finir ! Vous n'êtes pas seuls en ville, ils sont toujours dans les parages, pourquoi crois-tu que les autorités sont encore sur terre ? On ne sait pas vraiment ce qu'ils y font... Selon moi ils cherchent à effrayer la poluplasse.
- Oh ?
Elle ria sous la surprise : Leur réputation est déjà faite si tu veux mon avis, pas la peine de remuer le couteau dans la plaie. Elle se leva après avoir fini son verre puis saisit son manteau tout en rajoutant : Je pense qu'ils ont encore à faire en ville voilà tout, pas de quoi t'inquiéter.
-Tu t'en vas?
-Ouep, je n'ai plus rien à faire ici : tu n'as rien pour moi, les autorités sont sur le qui vive, ces fous furieux de Savants sont en ville et on a loupé le magot. Alors, penses-tu, j'ai juste envie de me casser avec tout ça... En plus je suis la seule représentante de mon espèce en ville alors..."


Ils échangèrent un bref signe de tête, puis Esvir s'éloigna en slalomant entre les tables de la taverne.Toute en se dirigeant vers la sortie elle se remémorait le contenu du dossier qu'elle entretenait sur les Savants : le réseau mafieux sous la ville de Landylake, trafic, coups fourrés et bien évidement le fameux capitaine Van Tassel et ses sous fifres. Personnage assez exécrable d'après ce qu'elle avait pu comprendre. Encore un qui n'a pas eu assez des bisous quand il était petit se disait-elle en arrivant près de la porte.  

._______________
  Au grand coeur et libre d'esprit avec audace et sans retenue.

La charmante et agréable mais maudite bosco des Ferrés



crayon de papier comme je t'aime:
 


 :crawl: :
 
Revenir en haut Aller en bas
Gaki
Sloop
Sloop
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 11/04/2010
Age : 24
Localisation : Bah ici --} x
Humeur : Euphorique

MessageSujet: Re: De la fumée dans la taverne   Jeu 7 Nov - 19:21

Les opérations pouvaient donc commencer.
La veille de prendre la route pour Giroux, Elliot avait pris soin de réunir tout les membres conviés à participer à la mission et ainsi leurs exposer le plan à suivre. Le but premier de l’équipage : récupérer l’un des dossiers de stratégie de défense maritime des autorités. Chaque unité en possédait un, tous distribués à chaque capitaines responsables de ces unités. Infiltrer un de leurs QG était beaucoup trop risqués et surtout laissait peu de chance de réussite. Non, ce qu’il fallait c’était attirer l’une de ces unités hors de la base, et ainsi amenant avec eux l’un de ces dossier si précieux. Les forcer à établir un campement, et ainsi, l’infiltrer par la suite. Ce qu’il fallait néanmoins, c’était un hameçon avec un bon gros appât, et justement, une occasion parallèle tombait à point nommé.
Un navire marchand, transportant une très grosse cargaison de marchandises rares rapportés d’orient, comportant soie, coton, épices, or et même diamant, faisait actuellement escale sur les plages de Giroux. Tout ceci était un magot véritablement alléchant pour n’importe quel équipage pirates rêvant de renflouer les caisses, et c’est pour cela qu’Elliot se doutait qu’ils n’allaient pas être les seuls sur le coup. Problème assez simple à résoudre.
La cargaison devait repartir pour Pourras dans une semaine. Et ça, Elliot savait que ses concurrents étaient également au courant, et frapperaient tôt ou tard. C’est ainsi que plusieurs jours avant que les Savants n’agissent, Elliot avait pris soin de rédiger une lettre lui-même, se faisant passé pour le responsable de la marine marchande de Pourras, et en y expliquant que la livraison devait se faire au plus vite pour cause de clients importants et pressés, exigeant ainsi une date de départ prématurée. Il avait imiter à merveille la signature de ce chef marchand, ainsi que le tampon comportant le sceau de la compagnie, qu’il avait réquisitionné il y avait de cela deux mois, accompagné d‘un rapport d‘informations confidentielles sur ce responsable rapportée par un de ses espions.
Envoyé c’est pesé, la lettre était bel et bien parvenu au capitaine marchand à Giroux et avait donc très vite prit les mesures à suivre. En changeant brusquement la date de départ, Elliot cherchait à semer un certain trouble parmi ses rivaux, et ainsi les déstabiliser, les forçant à bâcler leurs plans encore inachevés dans la hâte. Suite à cela, l‘opération consistait à envoyer une dizaine de membres compétents de l’équipage, mener par sa commandante, piller ce navire marchand. La réussite de ce pillage importait peu, car elle n’était en réalité qu’un simple moyen de diversion visant à attirer les troupes envoyés à Giroux sur le lieu de pillage, et ainsi, amputer fortement la surveillance de leurs propre camp.
Deux espions infiltrerait ce camp afin de récupérer ce dossier. L’infiltration était de paire avec déguisement, et en effet, les deux espions avait revêtit un uniforme officiel des autorités et était chargé d’infiltrer le camp et de récupérer le dossier. Cependant, il y avait assez d’autorités sur place pour que l’effet discrétion tombe à l’eau. Le taux de réussite totale était proche des 7%, ce qui était bien évidemment trop faible. C’est pour cela qu’Elliot imagina un plan B…

Gavroche grise baissée, chemise blanche délavé recouvert d’un veston grisâtre foncé déboutonné, un pantalon clair aux bretelles tombantes et des bottes marrons à lacés. Tenant une pile de journaux sous le bras, le tout tenu par une lanière de cuir. Elliot, une mèche de cheveux tombante sur le visage, ayant pris soin de rentré le reste dans la gavroche,  cheveux qui avait d‘ailleurs légèrement poussé depuis. Déambulant incognito dans une des grandes rues de Giroux, magnifiquement déguisé en….livreur de journaux [GENRE CA :[X] Oui j'avais envie d'la dessiner xD]. Il se fondait ainsi parfaitement dans le paysage et passait inaperçu dans la foule. Ses traits naturellement juvénile améliorait d’ailleurs encore plus l’artifice. Des escadrons d’autorités le croisait, claquant leurs bottes sur les pavés sans même porter un regard sur lui, laissant ainsi filer sans le savoir l’une des personnes les plus recherchées du pays.
Slalomant d’un pas plutôt lent entre les nombreux badauds venu achetés entre autre ces quelques fabuleuses étoffes haute gamme, il semblait attendre quelque chose, ou plutôt une occasion.

« Jeune homme, je vous en prendrais un je vous prie.»

Coupé dans sa réflexion et concentration, le capitaine des savants s’arrêta net. Un énième homme venait de l’interpeler, cherchant à lui acheter un de ses journaux. Il tourna donc les talons, effaçant son air exaspéré au passage, totalement dans son rôle. Arrivé à sa hauteur, la tête basse, il marmonna doucement tout en prenant un accent de la rue.

« Ca f’ra cinq doublons M‘sieur. »

Une façon de parler fort surprenante de sa part, mais plutôt bien imité.
Une fois cet énième journal vendu, Elliot repris calmement sa route. L’attente fut de courte durée quand ce qu’il attendait arriva enfin. Deux hommes, aux allures d’autorités, courant à toute jambes parmi la foule. Ces deux hommes, vous l’aurez deviner était les deux espions qu’Elliot avait envoyé au camp précédemment. Derrière eux, une bonne dizaine de soldats étaient à leurs trousses quelques mètres derrière. Ils semblerait qu’ils se soient fait repérer…rien d’étonnant juste la. Le vrai plan allait désormais commencer. Elliot pris soin de se mettre en face des deux compères qui déboulait à toute vitesse. Caché dans la foule, il sortit d’un geste sec un de ses journaux qu’il tint fermement dans sa main droite. Les deux savants arrivèrent comme des flèches, Elliot fit mine de ne pas les avoir vu.
Ainsi les trois savants finirent par se croiser, et tout se passa en une fraction de seconde. L’un des espions qui détenait le dossier percuta d’un coup d’épaule Elliot, pour ensuite d’un geste rapide, échanger leurs objets qu’ils avaient en main. Ainsi, Elliot se retrouva le dossier en main et son espion, un journal.
Se laissant balancer en arrière par la bousculade sans broncher, pour très vite adopter comme tout le monde une mine étonné. Tout en suivant du regard ses deux espions s’éloigner toujours poursuivit, il cacha d’un geste furtif le dossier au milieu de la pile de journaux puis tourna enfin les talons en direction d’une petite ruelle adjacente.
Les deux espions allaient s’en sortir, il suffisait juste qu‘ils les sèment, et Giroux était une ville assez grande pour facilement se faire perdre de vue par des hommes à vos trousses.
Adossé contre l’un des murs de la petite ruelle, Elliot  pris le temps de vérifier le contenu du dossier dérobé. Tout les secrets des tactiques militaires y étaient inscrites. Désormais, Elliot pouvait facilement anticiper les décisions et les futurs attaques des autorités une fois en mer, un sérieux atouts pour l’équipage tout entier.
Il finit par fermer d’un coup sec le dossier, jetant quelques coup d’œil rapides aux deux entrées de la rue, remit le dossier au milieu de la pile de journaux et repris sa route.
La journée avait été longue et éprouvante. Généralement, on croirait qu’Elliot ne participait pas lui-même au mission. Mais pour les plus importantes comme celle-ci, il ne manquait pas l’occasion. Pas parce qu’il aimait prendre des risques, mais plutôt car il voulait combler son ennui et surtout s’assurer que le travail était bien fait.
D’un pas lent, cherchant à ne pas attirer l’attention, il remonta une des grandes rues parallèles à la précédente, afin de sortir de la ville et ainsi repartir à cheval vers le point de rendez-vous de fin de mission. Il croisa alors une taverne sur sa route…Après tout, il avait tout à fait le temps de prendre un whisky avant que tout le monde ait fini par semer tout ces petits soldats.
L’établissement était banal, il y avait pas mal de monde, ce qui n’était pas plus mal point de vue dissimulation. Crasseux évidemment, quelle taverne ne l’était pas après tout. Les très cher et habituels gants d’Elliot vinrent très vite à lui manquer, ce surplus de poussière et de crasse le faisant pour ainsi dire déglutir de dégout.
Il s’assit sur un des tabourets du comptoir, le plus prés de la sortie, la tête haute, après en avoir rapidement essuyé le dessus avec l’une de ses manche, puis fit signe au barman de lui apporter un whisky. Le serveur afficha une certaine expression de surprise. En effet, le whisky n’était certes pas une boisson bon marché, et voir de son point de vue un livreur de journaux aux allures de garçonnet de dix-sept ans lui en demander un, éveilla en lui quelques interrogations.
Elliot s’aperçu très vite du trouble que sa demande avait produite chez le barman, et corrigea très vite sa demande, toujours avec cet accent en bouche.

« Du rhum ! Du rhum…s’cusez »

Se rendant compte de son erreur presque inadmissible, il pesta intérieur contre lui-même, n’acceptant pas cette erreur qu’il aurait très bien put éviter.
Le rhum une fois apporté et le barman éloigné, Elliot ne put s’empêcher de scruter le verre sous toute les coutures, s’assurant qu’il y avait ni cheveux, ni tout autre résidu suspect flottant dans le liquide brunâtre. Rien à signaler, il finit par boire à contre cœur cette boisson qu’il n’aimait guerre.
Il fut très vite ramener à la réalité quand il vit passé derrière lui, se dirigeant vers la sortie, une femme brune, à l’allure imposante, armé, qui attira fortement son attention. Et cela n’était pas pour rien, car il avait directement remarqué le long foulard bleu qui entourait sa taille…Un Férré.
Toujours accoudé au bar, le regard rivé sur cette dites Férré, il ne put s’empêcher d’afficher un large sourire de satisfaction ou bien d’amusement. En effet, il lisait sur son visage une certaine déception qu’il ne mit pas beaucoup de temps à en trouver la cause. Elle était sans aucun doute ici pour ce navire marchand, et tout venait malencontreusement de tomber à l’eau pour elle, grâce, entre autre, à Elliot.
Il décida ensuite au dernier moment de s’amuser un peu…il pouvait malgré tout se le permettre, après la longue journée qu’il venait d’endurer. C’est ainsi, d’un mouvement rapide et contrôlé, il se retourna sur son tabouret, faisant ainsi dos au bar, les coudes appuyés sur le comptoir. Il croisa les jambes puis leva la tête en direction de la dites jeune femme.
Avant qu’elle ne franchisse le seuil de la porte, il l’interpella à sa manière, d’un ton calme presque dans un murmure.

« On rentre les mains vides n‘est-ce pas ? »

Reprenant ainsi son habituel ton amusé et désinvolte, il prononça ses paroles assez fort pour qu’elle l’entendent et assez doucement pour que ses voisins de comptoir n’y fasse pas attention. Il était vrai également que tout les pouilleux de cette taverne n’avait pas tous les idées claires, se noyant tous parmi leurs diverses effluves d’alcool.




[Désolée pour ce post monumental ><']

._______________
"Life is a game."

*Grumpy*

Jouant Elliot Van Tassel Capitaine des Savants
Image:
 




Dernière édition par Gaki le Ven 15 Nov - 23:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zozheed
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 04/08/2013
Age : 23
Localisation : Autour d'une bouteille de rimus avec Aazu

MessageSujet: Re: De la fumée dans la taverne   Sam 9 Nov - 11:12

Alors qu'elle s’apprêtait à tirer la porte, Esvir entendit une voix claire et amusée murmurer derrière elle. Elle se figea, la main sur la poignée redressant brusquement la tête : Quoi? C'était quoi ça? Qui me... ça ne semblait pas être une bribe de conversation attrapée au vol et complètement sortie de son contexte, non ça lui était bel et bien adresser et la désagréable impression d'être observée ne cessait de grandir en elle. Le ton employé ne laissait présager rien de bon : cette personne savait quelque chose sur l'activité d'Esvir en ville, même si cette dernière ne voyait absolument pas comment elle s'y était prise pour cela.
La logique aurait voulu qu'elle fasse comme si de rien n'était et qu'elle passe la porte pour aller rejoindre son navire, mais sa surprise était telle qu'elle se retourna sans réfléchir, sommant son interlocuteur d'un regard plus que perplexe.  

Ce dernier se trouvait être un garçon à l'allure peu engageante, sûrement issu d'un milieu pauvre. Il  était chichement vêtu avec un air presque maladif, mais affichait malgré tout un sourire presque effrayant à Esvir :

"Qu'est-ce que tu viens de dire?"

En demandant cela Esvir continuait d'observer son vis-à-vis de haut en bas.
Elle avait grandi parmi des enfants de ce genre, elle en avait donc une certaine habitude et celui-ci était différent.
Les enfants des rues ne s'exprimaient pas aussi distinctement et avec de telle tournure de phrase : Même pas sûre qu'ils connaissent le terme de « question rhétorique »... . De plus la pose qu'il abordait était tout à fait décalée. Ses sourcils se froncèrent malgré elle, ce gosse était vraiment louche.
Ce qui la perturbait encore plus était la raison pour laquelle un tel personnage lui adressait la parole et surtout le sens de cette étrange interpolation.

"On se connaît? Lança-t-elle d'une voix hostile. Elle fini de se tourner et continua de parler en avançant dans la direction du garçon avec sa démarche nonchalante habituelle : Je ne rappelle pas avoir un petit vendeur de journaux parmi mes connaissances."

Elle avait parcouru la courte distance qui les séparait et acheva sa phrase en posant sa main sur la pile qui se trouvait à côté de lui sur le bar. Elle fit filer sous ses doigts les nombreux articles invendus, produisant ainsi un son aérien et assez agaçant à la longue. Elle fit cela pendant les quelques seconde durant lesquelles elle cherchait le regard de son interlocuteur derrière des mèches de cheveux qui barraient son visage. En l'observant ainsi, Esvir remarqua que le garçon était bien plus vieux qu'il n'y paressait à première vue. C'était sûrement un déguisement, très bien fait d'ailleurs, la supercherie avait bien trompé Esvir, mais l'attitude avait trahi son auteur. Que pouvait bien lui vouloir un tel mec...  

._______________
  Au grand coeur et libre d'esprit avec audace et sans retenue.

La charmante et agréable mais maudite bosco des Ferrés



crayon de papier comme je t'aime:
 


 :crawl: :
 
Revenir en haut Aller en bas
Gaki
Sloop
Sloop
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 11/04/2010
Age : 24
Localisation : Bah ici --} x
Humeur : Euphorique

MessageSujet: Re: De la fumée dans la taverne   Ven 13 Déc - 3:44

La jeune femme s’arrêta net à quelques centimètres du pas de la porte. Réaction tout à fait prévisible après une interpellation pareille. Perturbée, elle se retourna lentement en direction d’Elliot, un regard mêlant méfiance et doutes. Le savant, une mine amusé, perçait du regard les réactions de la jeune femme. Elle finit néanmoins par prendre la parole, intriguée.

« Qu’est-ce que tu viens de dire ? »

Une sorte de frisson d’agacement parcouru le corps d’Elliot, cela le froissait toujours plus ou moins quand quelqu’un le tutoyais. Dans ce cas présent, la jeune Férré n‘avait aucune idée de l‘identité véritable de son interlocuteur, donc sa faute était pardonnée. Néanmoins, Elliot ne pouvait empêcher ce pincement d’égo.
Il prit alors le choix de ne pas répondre, il savait qu’elle avait très bien entendu, donc aucune utilité de gaspiller sa salive pour une fausse sourde-oreille. Et puis il semblerait bien qu’elle se sentait concerner par le sens même de l’interpellation d’Elliot, une personne ne se sentant pas viser aurait sans aucune doute prit cela comme étant  une simple bride de conversation noyée dans le flux sonore de cette taverne.
Elle approcha d’un pas lent et curieux vers lui, essayant d’analyser le type de personne qui se présentait devant elle. La jeune femme continua, toujours aussi interrogative.

« On se connaît ?…»

Cette fois ci, son ton était bien moins accueillant, tel un aboiement menaçant et inamical qui laissait à désirer. Elle continua cependant de s’approcher de cette démarche presque paresseuse pour enfin continuer sur un ton approximativement semblable.

« …Je ne me rappelle pas avoir un petit vendeur de journaux parmi mes connaissances.»

Et encore heureux qu’elle ne l’ai pas confondu avec une connaissance lui appartenant, ou Elliot aurait probablement perdu son calme légendaire.
Une fois ses paroles terminées, elle demeurait désormais en face et plutôt proche du Savant, assez proche pour avoir accès à la pile de journaux qui trônait sur le bar contre le coude droit d‘Elliot. Puis, étonnement, elle se permit de tripatouiller cette pile de papier, faisant claqueter chaque journaux de ses doigts, glissant  le long de la pile.
Ce n’était pas vraiment convenable de toucher aux affaires des autres de la sorte non ? Elliot ne put s’empêcher de lancer un bref regard éclair vers la pile de journaux ou plutôt le fameux dossier qu’elle contenait. Selon lui, cette femme ne devait sous aucun prétexte découvrir ce que cachait ces journaux.
C’est alors que d’un geste leste, il décroisa les jambes, et, de sa jambe droite, posa délicatement le pied sur le ventre de la Férré et ainsi la poussa lentement vers l'arrière, mélangeant avec précaution douceur et fermeté. Une attitude pour le moins étonnante, à la stricte limite de la provocation, sans pour autant montrer une quelconque animosité.
Une fois sa courte œuvre achevé, il termina par un léger sourire tout en ramenant sa jambe vers le cale-pied du tabouret, et finit enfin par répondre d’un ton calme et faussement amical à la gente dame trop curieuse.

« Veuillez ne pas trop amputer mon espace vital je vous prie… »

Ne voulant pas attirer l’attention sur la pile de journaux, il fit passer cela pour une violation à son espace vital, même si cette excuse n’était pas entièrement fausse. Il marqua ensuite une petite pause, pour continuer d’un ton guilleret accompagné d’un sourire aux allures franche tout en penchant légèrement la tête sur le côté.

« Merci ~ »

Elliot déplaça son coude droit du comptoir pour l’appuyer sur la pile de journaux, sans même y jeter un seul coup d’œil. Il prit le temps de se racler légèrement la gorge pour enfin répondre à la question de la jeune femme, posé il y avait de cela de longue secondes.

« Pour répondre à votre question… J‘ai bien peur que nous nous sommes guère rencontrés auparavant.»

Prononça-t-il d’un ton presque navré.
A quelques chaises d‘Elliot, un vieux bougre complètement ivre éclata d’un rire gras et bruyant avec son voisin , tout en claquant sa choppe de rhum sur le comptoir. Elliot lança un rapide regard rempli de mépris et de dégoût vers les deux protagonistes, tout en effectuant un petit mouvement de recul. Puis, dans un léger soupir de désespoir, il dévia son regard des deux primates se consacrant de nouveau à la jeune femme. Les deux rustres complètement saoul, n’avait bien évidemment pas remarqué le regard désobligeant d’Elliot.
Le Savant se permit néanmoins de continuer, cherchant surement à mettre entre parenthèse l’instant ivrogne. C’est ainsi que tout en montrant d’un léger signe de main le foulard bleu autour de sa taille, il affirma d’une voix sereine.

« Cela dit, j’ai déjà eut le privilège de rencontrer votre capitaine. »

Après cela, il se força à boire une gorgée de rhum tout en changeant presque immédiatement de sujet.

« Oh et j’espère sincèrement ne pas avoir tacher vos vêtements à l’instant. »

Aucunes tâches n‘avait l‘air d‘avoir entamer son corsai, bien heureusement . En effet, le sol était sec en ce moment, la pluie n’était pas tombé depuis plusieurs semaines, une chance pour elle.



._______________
"Life is a game."

*Grumpy*

Jouant Elliot Van Tassel Capitaine des Savants
Image:
 


Revenir en haut Aller en bas
Zozheed
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 04/08/2013
Age : 23
Localisation : Autour d'une bouteille de rimus avec Aazu

MessageSujet: Re: De la fumée dans la taverne   Sam 28 Déc - 22:57

Le truc de rentrer dans la zone de confort de son vis-à-vis faisait toujours son petit effet, même si l'homme resta calme et... C'est quoi ce pied? Esvir continua de regarder le jeune homme droit dans les yeux, qu'elle devinait derrière les mèches, avec un petit sourire en coin. Reculant doucement sous la pression qu'il exerçait. Elle hésita à le saisir par la cheville et à le tirer de son tabouret tant le geste était insultant, mais il cessa juste avant et rajouta dans un sourire presque sincère:

"Veuillez ne pas trop amputer mon espace vital je vous prie... Merci."


Il adopta une attitude digne d'une mignonne petite fille pour le denier mot, la tête de côté un beau sourire... Cette vision mit mal à l'aise Esvir. Puis il continua, désolé:

"Pour répondre à votre question... J'ai bien peur que nous nous sommes guère rencontré auparavant."


Sa phrase fut ponctué par les éclats de rire et de choppes de deux vieux barbons à côté. Le regard que leur lança l'autre en disait long sur le personnage, loin d'être aimable, poli et souriant...Ceci réconforta Esvir dans l'idée que ce mec n'était pas comme il voulait le faire paraître. Mais ça l'amusa plus qu'autre chose, elle appuya son coude sur le comptoir, affichant toujours un petit sourire arrogant, attendant la suite.
Disons qu'elle ne s'attendait pas à ça:

"Cela dit, j'ai déjà eut le privilège de rencontrer votre capitaine."dit-il en montrant son foulard bleu.

Surprise par cette affirmation, elle songea qu'elle aurait mieux fait de l'enlever vu qu'elle été seule en ville... ça lui aurait éviter cette situation.
Après une rapide gorgée de ce qui semblait être du rhum il conclut par:

"Oh et j'espère sincèrement ne pas avoir tâcher votre vêtement à l'instant."


Elle se redressa à la fin de sa phrase, brossant machinalement l'écharpe qu'elle mettait autour de la taille:

"Tu es bien aimable, mon bichon."dit-elle d'un ton détaché.

Elle était facilement familière avec les inconnus. Mais il faut bien avouer qu'elle forçait un peu le trait face à cet homme qui cherchait définitivement à poser une distance entre lui et elle. Assez fière de sa petite pique elle ré-avança d'un pas, ce qui la fit arriver à peine plus loin de l'endroit où elle s'était fait poussé. Mais elle s’accouda au comptoir montrant ainsi son profil à son vis-à-vis.

"Décidément, Garçon, on peut rien te cacher... Un vrai petit monsieur je-sais-tout ! lui lança-t-elle, railleuse : Bon en même temps cette manière de nous... afficher, autant ce balader avec une pancarte autour du cou... C'est assez handicapant, surtout quand on sait pas à qui on a à faire, n'est-ce pas ?... Sinon, t'as sorti quel numéro quand t'as rencontré mon capitaine? Aussi le rôle du vendeur de journaux?"


A cet instant elle senti une sorte d'agacement grandir en elle et, sans s'en rendre compte, elle troqua sa mine moqueuse pour un regard de mépris en bonne et due forme. Elle changea de sujet aussitôt :

"Le pire c'est qu'avec une telle éloquence et de telles manières, ta mère à sûrement dû t'enseigner qu'un homme doit se découvrir quand il rentre dans un lieu publique."

Sur ce, elle fit à nouveau face à l'homme et lui saisi d'un geste vif sa galure et la laissa retomber dans un "poc" sans grâce sur le comptoir:

"Voilà qui est mieux non? Ton côté p'tit bourge doit revivre... C'est dur de jouer ce genre de rôle pas vrai?"

Le visage de l'inconnu était bien plus facile à observer maintenant l'ombre de la casquette envolée. L'homme devait bien avoir son âge et même plutôt mignon, quoique pas trop du genre d'Esvir, mais ce qui l'intrigua était le noir d'encre des iris du jeune homme.

"Bon... Si tu as reçu l'éducation que je pense tu as dû apprendre que se présenter, c'est un peu la base aussi. Car tu as beau savoir en gros qui je suis, de mon côté je sais toujours pas pourquoi nous sommes en train d'avoir cette discussion... Surtout que j'ai un peu autre chose à branler, comme me taper trois heure de route pour revoir la famille..."


Elle nota que c'était peut-être pas une bonne chose de précisé à l'autre qu'elle était seule en ville. Bien joué Ducon se dit-elle en serrant les dents.

._______________
  Au grand coeur et libre d'esprit avec audace et sans retenue.

La charmante et agréable mais maudite bosco des Ferrés



crayon de papier comme je t'aime:
 


 :crawl: :
 
Revenir en haut Aller en bas
Gaki
Sloop
Sloop
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 11/04/2010
Age : 24
Localisation : Bah ici --} x
Humeur : Euphorique

MessageSujet: Re: De la fumée dans la taverne   Jeu 17 Avr - 0:36

La jeune femme ne semblait pas déstabilisée pour autant, cette provocation n'avait pas eut l'air d'avoir attisé une colère démesurée, mais on pouvait néanmoins facilement lire une étincelle d'agacement dans ses yeux. Elle contrôlait mieux ses émotions qu'il ne le croyait, les Férrés étaient décidément une joyeuse bande aux esprits un minimum censés.
Cet agacement s’évanouit très vite pour laisser place à une légère surprise. Elle ne s'attendait pas à ce qu'on lui dise cette révélation, troubles dans son esprit, évidemment. Et il était évident que le foulard autour de sa taille l'avait trahit.
Un court silence, un coup d’œil à ce foulard traître, un revers de main passant légèrement sur celui ci.

« Tu es bien aimable, mon bichon.»

Ô que ce genre de surnom hautement familier avait le don de hérisser les écailles de serpent d'Elliot. Déjà le tutoiement il avait réussi à passer outre après un petit temps d'adaptation, mais ça, ça lui restait forcement en travers de la gorge. Cependant, il n'afficha rien, évidemment.
Semblant comme fière d'elle, elle s'approcha de nouveau, tentant une nouvelle fois le diable. Elle s'accouda cependant sur le comptoir à ses côtés, la tête haute, soudainement bien plus sur d'elle. Puis, elle déblatéra un petit discours relatant l'évidence même de son appartenance aux Férrés, argumentant que ce signe distinctif n'était pas des plus discrets. Au moins les Férrés eux-mêmes reconnaissaient l'idiotie de ce signe d'appartenance beaucoup trop voyant.
Elle finit sa phrase par une ribambelle de questions en rapport avec la rencontre qu'il avait eut avec son cher capitaine...Tant de questions signifiant une certaine inquiétude peut être ?
Elliot jugea bon une fois de plus qu'il était inutile de lui répondre, et de se contenter d'afficher un constant léger sourire supérieur, la sonder du regard tout en conservant au passage son air détendu. Il remarqua très vite l'humeur de la jeune femme se transformer, passant de simple taquine à arrogante, faisant naître en elle un soudain agacement incontrôlable. L'attitude passive d'Elliot la dérangeait peut être ? Après une brève phrase aux allures moralisatrice, et s’exécuta d'un mouvement rapide, provocateur, saisit sa casquette, la poussa en arrière, la laissant tomber sur le bord du comptoir. Elliot n'effectua aucun mouvement d'esquive, se laissant faire bien gentiment, levant légèrement la tête emportée par le mouvement de la gavroche, sans lâcher la demoiselle des yeux, une étincelle de défi dans le regard. Le visage désormais pleinement à découvert, il ne se sentait pas pour autant en danger.

« Voilà qui est mieux non? Ton côté p'tit bourge doit revivre... C'est dur de jouer ce genre de rôle pas vrai? »

Ooooh, impressionnant, quel sens de l'observation. Elle avait bien deviné le statut d'Elliot....bien que cela n'avait pas été d'une grande difficulté, puisqu'il l'avait bien aidé en adoptant sa véritable attitude. Mais...le statut de bourgeois ou plutôt de noble n'était plus le sien depuis un bon moment, bien essayé. Elle y était presque pourtant, elle devait faire fonctionner son cerveau un petit peu plus pour arriver à trouver réellement à qui elle avait à faire. Elliot n'avait pas finit de jouer avec ses nerfs.

« Bon... Si tu as reçu l'éducation que je pense tu as dû apprendre que se présenter, c'est un peu la base aussi. Car tu as beau savoir en gros qui je suis, de mon côté je sais toujours pas pourquoi nous sommes en train d'avoir cette discussion... Surtout que j'ai un peu autre chose à branler, comme me taper trois heure de route pour revoir la famille... »

L'éducation ? Oh ça il en avait eut de l'éducation, on lui avait bourré le crâne de ça, il avait assimilé tant de chose, des manières, des gestes qui était encrés en lui et qu'il ne pouvait en aucun cas effacer, ça c'était certains. Mais une chose avait changé depuis qu'il était devenu un pirate : la liberté. Ces manières et ces politesses, il les exécutait que quand il en avait envie ou que quand il en avait besoin, et il savait juger l'utilité de ses actions pour chacune d’entre elles. Et ici, en l’occurrence, cette taverne poisseuse ne valait pas la peine d'être respecter via de quelconques courbettes.
Oooh ? Et visiblement, elle semblait être la seule Férré dans le coin. Ils n'avaient vraiment pas été rapide sur ce coup la...le plan d'Elliot les avaient autant déstabilisés que cela ? Décidément,  comment voulez vous qu'Elliot ne s'ennuie pas face à des bras cassés en guise de concurrents...
Néanmoins, elle semblait vouloir savoir à qui elle avait à faire...normal après tout, cela faisait déjà un petit moment qu'il l'a faisait tourner en bourrique...Oh et puis autant continuer non ? C'était tellement distrayant ~
En guise de réponse, Elliot soupira légèrement, semblable à un soupir de...déception ?  Du moins ça y ressemblait fortement. Ce qu'il cherchait à faire ? Simplement s'amuser. Il voulait encore la faire réfléchir sur son identité, car si elle joignait correctement les faits entre eux, cela était évident, ou du moins elle pouvait facilement être amené à comprendre qu'il était un Savant.
De manière calme et soupirante, il finit par enfin utiliser sa voix.

« Voyons, je vous en prie, faites marcher un peu vos neurones... »

C'était pourtant tellement simple, non franchement, il pensait les Férrés plus vif d’esprit que ça.
Quelques secondes après, il vit au dehors, les troupes des autorités sillonnant les rues en rang, et d'un pas plutôt agité. Ca y ai, la chasse commençait réellement. Soit tout ce petit monde recherchait activement ses deux espions toujours en fuite, soit ces deux abrutis s'étaient fait prendre et les autorités s'étaient bien rendu compte que le dossier de stratégie maritime n'était plus en leurs possessions et cherchait à présent leurs éventuels complices dissimulé dans la ville...C'est à dire, Elliot lui même. Et la deuxième option était bien évidemment la plus alarmante.
Jetant un rapide coup d'oeil, observant un escadron passer en marche rapide devant les fenêtres de la taverne, Elliot se dit qu'il fallait désormais accélérer les opérations.
Il soupira une énième fois, puis continua, décidé à donné des indices à la Férré pour ne pas trop faire traîner la situation, ou bien les autorités finiront par fouiller toute les tavernes de la ville.

« Aller, je vous aide...pourquoi êtes vous ici hm ? Et surtout pourquoi votre mission a t-elle lamentablement échouée ? »

Tout cela dit d'une façon tellement légère avec cet once de moquerie dans la voix, tel était la façon dont Elliot parlait, surtout quand il jouait avec ses interlocuteurs juste dans le but de se distraire.


._______________
"Life is a game."

*Grumpy*

Jouant Elliot Van Tassel Capitaine des Savants
Image:
 


Revenir en haut Aller en bas
Zozheed
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 04/08/2013
Age : 23
Localisation : Autour d'une bouteille de rimus avec Aazu

MessageSujet: Re: De la fumée dans la taverne   Sam 7 Juin - 16:57

Le jeune homme paru... Déçu ? Enfin de quoi? Esvir n'était pas devin et elle pouvait bien lui demander ça. La prochaine fois qu'il porte une pancarte avec son nom dessus, comme ça ils seront fixés.
Esvir cherchait dans ses souvenirs, mais rien ne lui venait. Aurait-elle fait du mal à son frère, sa soeur ? Dieu, elle espérait que non.

"Voyons, je vous en prie, faites marcher un peu vos neurones... Et mon poing dans ta gueule, il les faits marcher tes neurones ? Aller, je vous aide...pourquoi êtes vous ici hm ? Et surtout pourquoi votre mission a t-elle lamentablement échouée ?"


Il ne fallait pas lui en dire plus. Une étincelle se fit dans son esprit avant même que le jeune homme finisse sa phrase. Elle plaqua sa main sur le bois poisseux du comptoir :

"Ah naaaaan ? C'est pas vrai ? Ne me dites pas que j'ai en face de moi le fantastique et impitoyable Elliot Van tasse, le terrifiant capitaine des savants ?"

Elle parla certes un peu fort, si bien qu'un léger silence s'installa autour d'eux. Elle n'y prêta aucune attention, elle le laissa disparaître pour laisser place au petit frisson qui s'installa dans les discussions des tables avoisinantes. Esvir se contenta de reprendre la casquette, l’épousseter un peu avant de la replacer sur le crâne du capitaine:

"Il aurait fallu me le dire plus tôt, j'aurais été un peu plus... aimable ? 'fin bref... « lamentable » est peut-être un peu fort, ne sois pas si sévère avec ça ! On a joué, on a perdu, voilà tout, c'est les risques du métier. D'ailleurs bien jouer hein, j'm'incline."


Sur ces mots elle singea une petite courbette en tirant un chapeau imaginaire. Esvir marqua une petite pause. Son regard traversa les fenêtres embrumées de la taverne. Décidément les autorités s'activaient comme des abeilles dans une ruche. Il n'y aurait rien d'étonnant à ce qu'ils débarquent dans la taverne. Elle zieuta à nouveau le capitaine déguisé. Mouais, ça allait être pour sa gueule, les autorités ne le reconnaîtraient jamais, alors qu'elle... Elle commença à défaire sa crête en coiffant ses cheveux en arrière, se détournant un peu du pseudo vendeur de journaux :

"Bien, bien... Ce fut un plaisir Van Tassel, mais je vais quand même y aller, j'ai pas ton talent pour le déguisement..."

Elle aurait voulu rajouter quelque mots, mais c'était sans compter sur la porte qui s'ouvrit en grand sur un joli petit groupe d'hommes en bleu marine et bordeaux. Elle leur tourna rapidement le dos en portant une main à son front, pour un peu dissimuler son visage. C'est alors avec une mine décomposée au visage qu'elle refit face au capitaine.

"Ah putain, on n'est pas couché" Siffla-t-elle.
 

Elle tenta alors de retirer le plus discrètement possible le foulard qu'elle portait à la taille pour le tenter de le fourrer dans ses poches, mais vu qu'ils se trouvaient juste à côté de l'entrée, les autorités n'allait pas tarder à s’intéresser à son cas...

._______________
  Au grand coeur et libre d'esprit avec audace et sans retenue.

La charmante et agréable mais maudite bosco des Ferrés



crayon de papier comme je t'aime:
 


 :crawl: :
 
Revenir en haut Aller en bas
Gaki
Sloop
Sloop
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 11/04/2010
Age : 24
Localisation : Bah ici --} x
Humeur : Euphorique

MessageSujet: Re: De la fumée dans la taverne   Sam 22 Nov - 3:33

Art rpaaay ~




Elliot, voyant arriver du coin de l'oeil l'escadron des autorités, saisit rapidement sa gavroche, se la remet d'un coup sec sur la tête, pour se rediriger vers son siège, la tête basse, l'air de rien, continuant ainsi à se forcer de boire ce verre de rhum immonde, aussi naturellement qu'un habitué pouvait le faire.



"Surtout, ne RIEN dire, ne PAS faire de bruit, ils s'en iront d'eux même."

._______________
"Life is a game."

*Grumpy*

Jouant Elliot Van Tassel Capitaine des Savants
Image:
 


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De la fumée dans la taverne   

Revenir en haut Aller en bas
 
De la fumée dans la taverne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Repos bien mérité dans une taverne.
» Massacrons-nous dans la taverne (pv Kealey) - Abandonné
» dans la taverne [pv]
» Vidéos de Flash mob
» [A.C] Massacrons-nous (joyeusement) dans la taverne.PV Lili

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sea's Calling :: Sur terre... :: Les villes :: Giroux-
Sauter vers: