Yaarh ! Lancez vous à l'eau ! Venez incarner un pirate, une Autorité ou un citoyen.
 

Partagez | 
 

 Cagnard et broutilles.PV Esvir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rhan Gaps.
Captain' Rêveuse.
avatar

Messages : 336
Date d'inscription : 02/04/2010
Age : 26
Localisation : Là bas.

MessageSujet: Cagnard et broutilles.PV Esvir   Ven 1 Nov - 9:01

Chaud. Le capitaine Gaps avait chaud, beaucoup trop chaud. Quelle idée stupide aussi que d’aller dans l’océan Sud, rechercher un trésor étrange qu’une apparition de vieillard vous indique. Il fallait être retardé pour penser le trouver d’un claquement de doigts. Et après avoir tourné dans l’océan l’équipage en avait assez et le capitaine aussi. Alors, Les Ferrés avaient décidé d’un commun accord de s’arrêter sur la prochaine île qu’ils trouveraient.

Il ne leur fallut pas trop longtemps pour tomber sur le lieu où ils se trouvaient. Le Pacte mouillait dans une petite crique à l’abri des regards. Certains hommes étaient partis s’aventurer dans la végétation abondante de l’île afin de trouver de quoi manger, d’autre avaient ouvert un énième tonneau de rhum et roulaient déjà sur le sable fin.

Le Jeune avait décidé quant à lui de ne garder que son pantalon corsaire et avait noué sur sa tête son teeshirt en toile afin de se protéger du soleil. Il avait laissé ses bottes un peu plus loin. Il avait vraiment trop chaud, et pour un homme originaire du nord la chaleur lui était détestable.

Alors le voilà, allongé sous un cocotier quelconque, la nuque appuyé sur le tronc à surveiller les allées et venues de ses hommes. Galland vomissait déjà ses tripes dans la mer, Krapp s’engueulait avec Looney comme toujours, « Le Rat » était perché sur un cocotier à regarder les environs. Il ne voyait pas Viktor mais savait que l’homme était sûrement bien occupé.

Il attrapa une branche morte qui se trouvait à côté de lui et se mit à gribouiller dans le sable des plans, écrire des choses ou tracer de simples sillons comme ça, pour passer le temps. A vrai dire, depuis l’énigme du vieux bonhomme il n’avait pas trop prit le temps de réfléchir à autre chose qu’à ce fichu mystérieux trésor. Il repensa aussi à sa rencontre avec la blondasse des Autorités qui lui avait révélé que sa génitrice était encore en vie.

Merde et zut, il cassa la branche, lança les bouts derrière lui et balaya d’un geste de la main les gribouillis qu’il avait fait dans le sable les faisant disparaître à tout jamais. Et, d’un geste qui était maintenant devenu mécanique avec le temps, il se lustra la barbe en regardant les membres de son équipage courir partout sur le sable clair.

._______________
.___Un homme se bat pour ce qui lui manque le plus.




    Jouant avec... Rhan Gaps Cap'tain' des Ferrés, maudit (voir fiche)
    Spoiler:
     




Revenir en haut Aller en bas
http://seas-calling.forumactif.com
Zozheed
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 04/08/2013
Age : 23
Localisation : Autour d'une bouteille de rimus avec Aazu

MessageSujet: Re: Cagnard et broutilles.PV Esvir   Ven 1 Nov - 18:56

Enfin le Pacte avait jeté l'ancre dans une crique d'une petite île paradisiaque. La chaleur insoutenable de cet océan rendait le travail impossible, Esvir devait se démener comme une folle pour parvenir à faire se remuer les membres de l'équipage. Les derniers jours, avant cette pause bienvenue, avaient été les plus éprouvants tant le moral de l'équipage, ainsi que le sein, était bas. Les recherches infructueuses sur le mystérieux trésor de l'autre vieux croûton agaçaient les marins et malgré l'habitude qu'elle avait de travailler sous les assauts de la chaleur, s’époumoner dans ces conditions l'avait fortement lassée.

Elle avait été l'une des première à bondir sur la plage et à se dégourdir les jambes. Remarquant que les vivres avaient fondus comme neige au soleil -et quel soleil!- elle avait embarqué une poignée de volontaires afin d'aller explorer les ressource de l'île. Ils n'en furent pas déçus, ils trouvèrent très vite de petits ruisseaux d'eau claire et délicieuse qui regorgeaient de petits poissons, puis des arbres fruitiers où nichaient des oiseaux exotiques et pour finir du gibier en suffisance. Ils suivirent un petit groupe de porcs noirs sauvages au poils drus, alléchés à l'idée d'en manger la chaire le soir même. Esvir s'était vaillamment lancé à la poursuite de l'un d'entre eux, avant de glisser et dévaler une pente en bas de laquelle l'attendait à bras ouvert un tapis de ronce.
C'est donc les bras ensanglantés et le visage écorché qu'elle surgit de la forêt sous les rires de ses camarades de fortunes qui ne se tenaient plus depuis l'incident.

"Vous trouvez ça drôle bande de nigauds sans cervelle!? Aller, dégagez-moi le passage et allez faire le plein d'eau douce!"

Elle retira son foulard bleu de ses cheveux en foudroyant du regard ses compagnons, toujours hilares, qui prenaient la route du Pacte.

L'exploration l'avais mis dans un bel état : sa peau luisait sous la moiteur de l'air, ses cheveux tombait sans grâce sur ces épaules, son sarouel en lin jaune pâle a été sérieusement tâché par la chute et le dos de sa brassière était mouchetée de sang.  Après le triste constat qu'elle fit de sa tenue elle interpella un des pirate qui passait par là en s'épongeant le front : 

"Hé Garry ? Dis, t'aurais pas vu le patron par hasard?"

Le dit Garry lui lança un sourire béant en lui levant sa bouteille, fini d'une traite ce qu'il restait à l'intérieur, vomit puis tomba à la renverse sur le sable. Après un instant de contemplation de l'Homme dans tout sa grâce, elle reprit sa route le long de la plage, sans demander son reste.

C'est alors qu'elle époussetait son pantalon que son épaule se fit sauvagement attaquer par un bout de branche volant. Surprise, elle tourna le regard vers l'origine de l'agression et aperçu, le dos contre un cocotier, le capitaine. Oubliant vite le traumatisme de la brindille elle se dirigea d'un pas léger en sa direction en lui lançant :

"Bonjour capitaine."

Une fois à sa hauteur elle le trouva bien pensif en train de jouer avec sa barbe, comme il le faisait souvent, les yeux rivés vers le large. Elle reprit d'un ton un peu moins enjoué car elle eut l'impression de déranger le cours de ses pensées :

"Je reviens de la forêt et bonne nouvelle elle est pleine de ressources, nous pourrions facilement y refaire les stocks d'eau et de nourriture. Elle se remit à tâter ses bras endoloris tout en continuant son petit rapport: Un des charpentier a même repéré quelques arbres qui pourraient fournir des pièces de rechange pour le Pacte en cas de problème. Et nous ne pensons pas qu'il y ait d'autres personnes sur l'île, ni indigènes, ni autres marins en vadrouille."

Elle marqua une courte pause et tourna son regard vers la plage, amusée par le foin que faisaient certains des Ferrés.

"Hm... Sinon, vous allez bien capitaine ? Vous sembliez bien songeur... Je ne vous ai pas déranger au moins?" Rajouta-t-elle de peur de se mêler de se qui ne la regardait pas.

._______________
  Au grand coeur et libre d'esprit avec audace et sans retenue.

La charmante et agréable mais maudite bosco des Ferrés



crayon de papier comme je t'aime:
 


 :crawl: :
 


Dernière édition par Zozheed le Lun 14 Avr - 18:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rhan Gaps.
Captain' Rêveuse.
avatar

Messages : 336
Date d'inscription : 02/04/2010
Age : 26
Localisation : Là bas.

MessageSujet: Re: Cagnard et broutilles.PV Esvir   Sam 16 Nov - 14:14

Un bonjour. Rhan sursauta à moitié et il vit Esvir, jeune demoiselle de son équipage s’avancer vers lui. Son ton prit devint un peu plus sérieux lorsqu’elle parvint à sa hauteur. Rhan leva ses yeux bicolores dans sa direction. Elle semblait s’être écorchée, ses vêtements portaient des petites tâches de sang.
Elle l’informa de sa visite dans la forêt. Ils semblaient seuls et des ressources étaient à portée de main. Cette information le réconcilia un peu avec lui-même, au moins il n’avait pas mené les hommes dans un lieu aride, sauvage, sans merci et mortel. Tant mieux. Le regard d’Esvir se tourna en direction des Ferrés qui s’amusaient comme ils le pouvaient. Elle semblait amusée. Puis reporta son attention sur le Jeune avachi sous son cocotier.

« Ma foi, aller bien… On tourne depuis trop d’temps ! Ce vieux bonhomme et ses énigmes sans queue ni tête... Bon sang, si y’avait pas c’t’étrange trésor derrière tout ça, j’pense que les gars se s’raient mutinés d’puis longtemps. Au moins, si comme tu l’dis cet’ île est pas vide, j’nous ai pas tous coulés, heureus’ment. »


Il s’avachit encore plus de sorte à ce que seule sa tête ne soit appuyée sur le tronc de l’arbre exotique. Et se grata le ventre.

« M’enfin tu m’déranges pas Esvir, sinon tu s’rai d’jà au courant ma grande.»


Il aimait donner des surnoms à ses Hommes. Et regarda à son tour le remue ménage sur la plage. Rob et Tob, les Jumeaux comme il les appelait alors qu’ils ne l’étaient pas du tout, étaient en train de lutter plein à ras bord, Calamité, la grande blonde était tombée la tête la première dans le sable et Miniature, le plus petit des Ferrés lui observait tout ça d’un air désolé.

« Penses-tu qu’on pourrais rester un peu ici ? Après tout et malgré l’chaud il y fait bon vivre nan ? Ça r’poserait peut être les esprits… Et toi au moins t’vas bien ? Et ces griffures, t’as voulu t’battre avec l’ours du coin ou quoi ? »


Il était plus détendu, plus d’humeur à papoter et charrier qu’il ne l’était quelques minutes avant.

._______________
.___Un homme se bat pour ce qui lui manque le plus.




    Jouant avec... Rhan Gaps Cap'tain' des Ferrés, maudit (voir fiche)
    Spoiler:
     




Revenir en haut Aller en bas
http://seas-calling.forumactif.com
Zozheed
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 04/08/2013
Age : 23
Localisation : Autour d'une bouteille de rimus avec Aazu

MessageSujet: Re: Cagnard et broutilles.PV Esvir   Jeu 28 Nov - 21:27

[et à Esvir, c'est quoi son surnom ?:D ]

"Aha Un ours!"  Esvir éclata d'un rire clair aux propos du capitaine. Elle se laissa tomber en tailleur sur le sable juste à côté de lui, rassurée de savoir qu'il ne pensait qu'à l'autre vieux pruneau qui défrayait la chronique. Il s'était détendu suite à cela, se laissant coulé le long du cocotier qui lui servait d'appui.

"Si seulement c'était le cas, j'en aurais tiré plus de mérite... Elle posa ses vertes prunelles sur son capitaine avec un sourire amusé : Mais c'est un cochon qui a eu raison de moi, elle haussa les épaules: 'me suis vautrée en bas d'une pente dans des ronces en voulant en choper un. Et croyez-moi, pour détendre les esprits je les ai détendus !" Elle pouffa un peu en reportant son attention vers la mer.

Elle se déchaussa et enfouit ses pieds dans le sable fin avant de reprendre :

"Pour revenir à votre question, l'île peut nous accueillir plus qu'on ne le voudrait, 'y a aucun soucis. Et les autres seront heureux comme des gosses de faire une pause. Même si je sais pas combien de temps les réserves de rhum vont tenir à ce rythme là..."

Elle songea à nouveau au petit calvaire qu'elle avait vécu ces derniers jours, sa voix était devenue roque à force de vociférer ses ordres des haubans dans cet air sec. Elle se racla la gorge et continua :

"C'est vrai que cette satané chaleur tend les gens d'une façon assez incroyable. C'est rude de travailler dans ces conditions, surtout pour ceux qui ont pas l'habitude... Elle soupira: J'ai bien cru que certains allaient même me jeter par dessus bord quand je leur demandais, pas assez gentiment à leur goût, d'un peu se remuer... "

En effet elle en était presque venu aux mains deux jours auparavant avec un des ferré -car oui, ça arrive même dans les meilleurs familles- celui-ci avait décrété qu'il faisait bien trop chaud pour travailler et avait prodigieusement envoyer bouller la jeune femme. Bonjour le savon qu'il s'était ramassé... Voilà peut-être la cause de sa voix vrillée.  Elle fit la moue en se remémorant cet épisode. Elle posa son menton sur ses genoux d'un air désabusé en faisant filé une poignée de sable entre ses doigts.

"Ouais, reprit-elle d'un ton détaché, du repos fera du bien à tout le monde. Elle pivota légèrement la tête pour avoir le capitaine à nouveau dans son champs de vision : Après, j'espère juste qu'on trouvera ce maudit trésor avant les autres, histoire que tout cela ne soit pas vain... C'est jouable selon vous, capitaine?"

._______________
  Au grand coeur et libre d'esprit avec audace et sans retenue.

La charmante et agréable mais maudite bosco des Ferrés



crayon de papier comme je t'aime:
 


 :crawl: :
 


Dernière édition par Zozheed le Lun 14 Avr - 18:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rhan Gaps.
Captain' Rêveuse.
avatar

Messages : 336
Date d'inscription : 02/04/2010
Age : 26
Localisation : Là bas.

MessageSujet: Re: Cagnard et broutilles.PV Esvir   Mer 1 Jan - 21:21

Elle se laissa aller sur le sable afin de se retrouver à la même hauteur que le capitaine aux yeux vairons et commença a parler. Alors le responsable de son état était un cochon ?! Rhan leva ses sourcils d’un air interrogateur, il ne savait pas ces créatures si agressives.


« Allons bon ! Un cochon ?! C’est agressif à c’point ces bestiaux ?! J’l’ignorais foutr’ment ! »



Mais il continua à l’écouter. Alors comme ça l’île serait convenable… Esvir n’avait pas tord ! Cette foutue chaleur qui faisait coller le sable à la peau sans même qu’on se soit mouillé la couenne, qui tapait sur le ciboulot, qui énervait les hommes de l’équipage, qui faisait cramer la peau… Rhan regarda ses épaules bronzées par les manœuvres sous le soleil ces dernières semaines. Il se souvenait qu’au début quand il naviguait et qu’il n’était qu’un gamin le soleil lui brûlait la peau, il ne pouvait pas s’allonger la nuit sans se tordre de douleur. Mais depuis sa peau laiteuse s’était presque habituée.
Il soupira et regarda Esvir qu’il surnomait La Femme en raison de son sexe et sa forte personnalité qui donnait une nécessaire poigne à l’article « La » faisant parler les mots.


« Tu sais quoi ? T’as bien raison. F’sons un pause ! J’ai effectiv’ment vu qu’le soleil nous rendait tous un peu dingos. Pour c’trésor, s’il est si spécial au pire, nous pourrons toujours l’récupérer si un équipage nous l’chipe. »



Il enfouit ses orteils sous le sable fin. Il adorait faire ça.


« En plus si tu m’dis qu’l’île peut nous offrir les r’ssources qu’il faut pour t’nir alors ma décision est prise. »



Rhan se redressa et posa ses deux mains au niveau de sa bouche afin que sa voix porte sur plus loin que la plage.


« Hay les gars ! F’sons une pause de que’ques jours ! Wingman vas chercher les tonneaux et qu’le rhum coule à flot ! Lieber et Hansson vous partez en chasse. Trouvez nous du gibier on vas festoyer se soir ! Autorisation de jouer d’l’argent accordé ! »



Après cette élocution qu’il estimait suffisante, Le Jeune se gratta le bas du dos et s’étira.


« Esvir, allons donc allumer un grand feu d’joie ! Pour ça il nous faut du bois, vous en avez repéré dans les environs pendant que vous affrontiez vot’ cochon démoniaque ? Gardez vos lames a portée d’main on sait jamais… »

._______________
.___Un homme se bat pour ce qui lui manque le plus.




    Jouant avec... Rhan Gaps Cap'tain' des Ferrés, maudit (voir fiche)
    Spoiler:
     




Revenir en haut Aller en bas
http://seas-calling.forumactif.com
Zozheed
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 04/08/2013
Age : 23
Localisation : Autour d'une bouteille de rimus avec Aazu

MessageSujet: Re: Cagnard et broutilles.PV Esvir   Jeu 16 Jan - 22:43

Le capitaine prit la sage décision de rester sur les l'île afin que les esprits puissent se reposer. Il se mit sur ses deux pieds et porta ses mains en coupe afin que tous puissent entendre :

"Hay, les gars! F'sons une pause de que'ques jours! Wingam vas chercher les tonneaux et qu'le rhum coule à flot! Lieber et Hanssons vous partez en chasse. Trouvez nous du gibier on vas festoyer se soir! Autorisation de jouer d'l'argent accordé!

-Et prenez garde aux cochons sauvages, surtout le gros gras avec les dents qui dépassent!
Rajouta Esvir avec un sourire narquois à l'intention des chasseurs désignés, les deux indexes plaqués contre sa machoires inférieure pour singer l'animal qui l'avait conduit à sa chute.

Le capitaine s'étira un peu et reporta son attention vers elle:

-Esvir, allons donc allumer un grand feu d'joie! Pour ça il nous faut du bois, vous en avez repéré dans les environs pendant que vous affrontiez vot'cochon démoniaque ? Gardez vos lames a portée d'main on sait jamais.

-Quoi quoi quoi ?
Dit-elle dans un sursaut en se tournant vivement en direction du Jeune: Un feu?! Nan, mais sans déconner capitaine, je veux bien pour le trip mystique tout ça tout ça, mais à la limite un petit feu de camps histoire de faire cuire la viande, mais pas un feu de joie! Elle se leva d'un bond en continuant sa palabre: La température ne va descendre que de quelque degrés cette nuit, pas de quoi faire un feu de joie, on va rôtir comme des poulets!"

Mais elle se rendit compte que ce n'était pas la peine de discuter car le capitaine avait pris sa décision. ...En même temps d'ici ce soir les autres seront ronds comme des tonneaux, ils ne sentiront plus la chaleur... A cette pensée elle jeta un rapide coup d’œil emplit de regret vers les pirates qui buvaient leur verre, les pieds dans l'eau azure de l'océan du sud. Elle vit même Marcus, l'un des ces meilleur ami du bord, lui adresser un ironique petit signe de main avec la  mine ravie qui allait avec. Après lui avoir adresser un doigt d'honneur et autres signes tout à fait charmants, elle se remit sur les traces du capitaine. Décidément elle ne pourrait pas se poser avant quelques heures et l'idée de retourner dans cette forêt épaisse à l'atmosphère lourde ne l'enchantait pas plus que cela. Mais bon, loyal et disciplinée qu'elle était elle ne rajouta aucune objection et talonna son capitaine. Pour la lame à porté elle avait juste poignard en poche, comme toujours, sa rapière étant restée sur le Pacte. Une arme d'une telle envergure l'encombrerait plus qu'autre chose dans un tel milieu.

Elle pressa le pas afin de revenir à la hauteur du capitaine pour lui indiquer le chemin qu'elle avait emprunté. Vu qu'elle avait déjà un peu débroussaillé, cela leur facilitera la tache :

"Il faudra s'enfoncer dans la forêt pour trouver du bois suffisamment sec, j'pense... dans la bordure le sol est un peu détrempé, couvert d'humus et de feuille morte."

Sur ces belles paroles qui invitaient au voyage, elle s'engouffra en première dans la forêt, de là où elle en avait débouché quelques minutes auparavant.

._______________
  Au grand coeur et libre d'esprit avec audace et sans retenue.

La charmante et agréable mais maudite bosco des Ferrés



crayon de papier comme je t'aime:
 


 :crawl: :
 


Dernière édition par Zozheed le Lun 14 Avr - 18:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rhan Gaps.
Captain' Rêveuse.
avatar

Messages : 336
Date d'inscription : 02/04/2010
Age : 26
Localisation : Là bas.

MessageSujet: Re: Cagnard et broutilles.PV Esvir   Lun 24 Fév - 16:31

Rhan approuva Esvir. Feu de joie. Il ne s'attendait pas non plus à voir des flammes monter jusqu'au sommet des arbres environnant mais bel et bien allumer de quoi faire rôtir la chaire de gibier qu'ils partageraient ce soir.

Elle le talonnait jusqu'à ce qu'elle suggéra très logiquement en observant son environnement que le bois sec devait se trouver plus en profondeur dans la forêt. Le tout en indiquant le chemin qu'elle avait emprunté pour rejoindre la côte presque trop paradisiaque. Elle prit les devant et Rhan la suivit sans la moindre opposition.


« Nous n'allons pas non plus dévaliser la forêt miss. De quoi faire griller le gibier que nos chasseurs sont partis attraper me semble bien suffisant. Comme tu l'as souligné, cette foutue chaleur nous prend assez à la gorge comme ça ! »



Il s'arrêta pour claquer un moustique qui tranquillement pompait son sang sur sa nuque.


« La faune est vraiment pas accueillante sur c'te foutue île ! Il faudrait qu'on débusque dans les prochains jour un butin ou qu'on s'en prenne à un convoi royal j'ai comme l'impression que les hommes commencent un peu à s'lasser de rester à s'tourner à moitié les pouces... »



Il avança avec un équilibre peu sur, trébuchant plus d'une fois sur quelques racines hors du sol. Foutue forêt. Une vraie journée gâchée et énervante comme le capitaine des Ferrés détestait au plus haut point.

._______________
.___Un homme se bat pour ce qui lui manque le plus.




    Jouant avec... Rhan Gaps Cap'tain' des Ferrés, maudit (voir fiche)
    Spoiler:
     




Revenir en haut Aller en bas
http://seas-calling.forumactif.com
Zozheed
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 04/08/2013
Age : 23
Localisation : Autour d'une bouteille de rimus avec Aazu

MessageSujet: Re: Cagnard et broutilles.PV Esvir   Dim 23 Mar - 11:05

Esvir était soulagée de voir qu'elle avait juste trop pris au pied de la lettre les termes du capitaine. Ils s'enfoncèrent encore un peu plus dans la forêt, tous deux prenant grand soin de ne pas se prendre les pieds dans les aspérités du sol. Le capitaine éclaffa d'une claque un moustique dans sa nuque en pestant contre la forêt avant de continuer :

"Il faudrait qu'on débusque dans les prochains jour un butin ou qu'on s'en prenne à un convoi royal j'ai comme l'impression que les hommes commencent un peu à s'lasser de rester à s'tourner à moitié les pouces... ,Esvir en l'écoutant se remit à sa hauteur :
-Hm... Je sais pas si il y a de quoi piller ces temps-ci. Mais on pourrait aller botter le cul de quelques autorités qui se présenterait à nous. ça grouilla par ici... Peut-être que la prise ne sera pas faramineuse mais au moins ça défoulerait tout ce petit monde..."

Ils continuèrent d'avancer tant bien que mal jusqu'à tomber sur une zone relativement dégagée. Un grand arbre mort gisait au milieu et le feuillage de ses saints voisins laissaient filer quelques rayons de soleil qui mouchetaient le sol de lumière.
Esvir commençait à amasser du bois sous son bras tout en prenant garde au terrain accidenté quand soudain, un coup de feu retenti, faisant s'envoler un groupe de petits pinsons. Esvir se figea dans son mouvement, un bout de bois dans la main droite, à moitié accroupie, son visage et son attention tourné dans la direction de la détonation. Mais un amas dense de buissons et d'arbre formait un mur qui lui barrait la vue.

"Sainte mère, dit-elle avec un petit sourire mais sans détourner le regard, c'était vachement proche... J'espère qu'on va pas tomber sous le coup d'une balle perdue de l'un de nos chasseurs."
Sa phrase fut bruyamment ponctuée par un second coup de feu encore plus proche. Elle songeait à Lieber et Hansonn, lesdits chasseurs. Auraient-ils vraiment usé de leurs pistolets pour abattre une bête ? En deux coups ? Bon, si c'était le cochon de toute à l'heure, pourquoi pas, mais elle ne cacha pas son appréhension au Jeune: 

"ça m'inquiète capitaine. Je sais pas si c'est..."

Elle se tut soudainement, déposant dans un mouvement décomposé son tas de bois au sol, le regard toujours rivé dans la même direction. Ce fut d'abord un infime bruissement dans les feuillages, comme des bruits de pas tassant les feuilles, puis, bizarrement plus rien. Un silence de plomb s’abat sur eux, aucun souffle ne se faisait entendre. Esvir sortit son poignard de sa poche et se rapprocha de son capitaine sans aucun son, faisant jonglé son regard entre lui et le mur de broussaille terriblement silencieux.

Esvir crut que son cœur rompit sa poitrine quand elle les vit surgir du mur de broussaille. Ce fut un, puis deux, puis une dizaine qui en sortirent. De hauts hommes à la peau sombre, certains armé de longs pieux d'autres de poignards.
Sans avoir le temps de jeter un dernier coup d’œil au capitaine, une lutte effrénée s'engagea : elle parvint à éviter de justesse le coup de pieux destiner à sa tête en s'accroupissant et en profita pour planter sa lame dans la cuisse de l'homme, qui tira la plaie dans son élan. la morsure du poignard cloua l'homme au sol. Un second assaillant ne se fit pas attendre : même sans arme il se révéla plus robuste que le précédent et les coups fusèrent. En essayant de ne pas se faire mener par l'autre, Esvir tentait de repérer le capitaine mais en vain. Un joli coup dans les côtes la remis dans le combat : elle parvint à saisir le poignet de l'homme et, tout en le maintenant, passa derrière lui pour l’immobiliser avec une clé de bras. La violence de la torsion le fit poser un genou à terre, alors, de son autre main, Esvir le saisit par les cheveux et déboîta son coude d'un puissant coup de genou. L'homme hurlait de douleur en tenant son coude qui était désormais plié dans le mauvais sens.
Même si le combat n'avais durer que quelques minutes Esvir était épuisé tant par la chaleur que par la force de l'homme. Alors qu'elle cherchait son souffle, un homme pour le moins colossale avec de puissantes épaules se dirgiait vers elle. Jaugeant son adversaire, elle fit une moue désespérée et  souffla:

"Nan, putain, pas moi..."
Esvir n'arrivait rien à faire, il était trop grand et trop rapide. Elle avait à peine le temps de parer qu'il repartait dans une autre attaque. De plus la distance que mettait la lance entre elle et lui rendait une attaque au corps à corps trop dangereuse. Dieu sait ce qu'Esvir regrettait sa rapière.
Elle ne cessait de reculer et l’inévitable se produit : son talon butta contre une grosse branche qui traînait au sol et elle se ramassa sans aucune grâce, se cognant douloureusement le dos. Au sourire que son adversaire affichait c’était son but dès le début. Mais pas le temps de rager qu'il essayait déjà de l'épingler comme un insecte. Elle se tournait et se retournait, pataugeait dans la terre n'ayant à aucun moment le temps de se relever. Cet acharnement l'épuisa vite, et alors que le capitaine avait sûrement sept autres ennemis sur les bras, elle ne pu s'empêcher de l'appeler à l'aide. Désespérément. Et alors qu'elle le héla pour la troisième fois, son appel se transforma en cri de douleur, l'indigène lui avait choppé le biceps et commençait à le pourfendre avec force.

._______________
  Au grand coeur et libre d'esprit avec audace et sans retenue.

La charmante et agréable mais maudite bosco des Ferrés



crayon de papier comme je t'aime:
 


 :crawl: :
 
Revenir en haut Aller en bas
Rhan Gaps.
Captain' Rêveuse.
avatar

Messages : 336
Date d'inscription : 02/04/2010
Age : 26
Localisation : Là bas.

MessageSujet: Re: Cagnard et broutilles.PV Esvir   Lun 21 Avr - 15:27

Il avait écouté Esvir. Botter des derrière, oui pourquoi pas… Aller titiller des Autorités qui feraient le premier geste et par la suite ils pourraient s’en donner à cœur joie. Oui oui oui, ce plan lui plaisait bien.

Ils continuaient d’avancer dans la zone. De simples petits rayon de soleils doux venaient lui réchauffer les pommettes. Ah, ce qu’il aimait les ballades en forêt les jours de soleil, se pencher pour ramasser du bois, écouter les bruits d’animaux sauvages et de… Détonation ?! Rhan lâcha le bois qu’il avait ramassé qui tomba au sol bruyamment et posa sa main sur la fusée de son arme. Il était aux aguets et n’écoutait rien d’autre que les paroles d’Esvir et les bruits environnants.


« Je ne suis pas non plus rassuré Esvir, pas du tout… »



Mais Esvir ne parlait plus et avait le regard posé dans une direction précise. Mais plus aucun bruit ne s’élevaient si ce n’étais des cris d’oiseaux effrayés fuyants. Ormis ça rien. Pesant, trop pesant et… GOSH !

Rhan étouffa un cri de surprise lorsque des hommes sortirent des fourrés. Il tenta de rejoindre Esvir afin de combattre à deux et non pas à un contre beaucoup mais c’était un échec. Dans le feu de l’action ils furent séparés. Acculé par le nombre Rhan tenta tant bien que mal de repousser les individus. Il reçu un coup de poing qui le fit vaciller et un fin filet de sang commença à couler le long de la commissure droite de ses lèvres. L’épée à la main il commença à trancher, couper, blesser ce qu’il pouvait. Un coup dans la fémorale, une taillade derrière un genou, une main en moins. Il essayait tant bien que mal de se défaire du flot continu d’autochtones dans le but de rejoindre au plus vite Esvir.

Une flèche qui vint se planter dans son bras gauche le fit ralentir. Il cassa le projectile qui ne ressortait que de peu de sa peau. Et il continua de plus belle à se défendre. Ses gestes semblaient précis et rapides mais il ne tiendrai pas longtemps la cadence. Il bouscula deux hommes plus petits que les autres, shoota dans de la terre poussiéreuse pour aveugler temporairement trois hommes. Il suait à grosses gouttes.

Tout d’un coup il entendit un cri. Il avait reconnu Esvir, il avait compris que ce cri n’était pas anodin. Son sang ne fit qu’un tour, ses dents se serrèrent et ses mains se crispèrent.


« ESVIR ! »



Un homme colossal l’avait attrapé par le bras. Tel un chien enragé il courut vers sa bosco. Trébuchant, manquant de tomber plus d’une fois, bousculant plus d’un combattant sur sa route. Et quand il arriva dans le dos de l’homme il saisit son épée à deux mains et lui enfonça dans le bas du dos pour le transpercer. Et en forçant comme un bœuf il remonta la lame jusqu’à ces côtes et l’ôta en prenant appui avec son pied sur la montagne de muscles. Ce dernier tomba au sol en agonisant.

Le capitaine, haletant se tourna vers les autres assaillants reprenant sa position défensive. Il hurla un ordre à l’intention des Ferrés qui pourraient se trouver dans le coin. Il ne savait pas du tout si quelqu’un se trouvait près d’eux mais mieux valait tenter le tout pour le tout. Logiquement ils auraient dû, de toute façon entendre les combats.


« Esvir tu… Tu peux te relever ? »

._______________
.___Un homme se bat pour ce qui lui manque le plus.




    Jouant avec... Rhan Gaps Cap'tain' des Ferrés, maudit (voir fiche)
    Spoiler:
     




Revenir en haut Aller en bas
http://seas-calling.forumactif.com
Zozheed
Youyou
Youyou
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 04/08/2013
Age : 23
Localisation : Autour d'une bouteille de rimus avec Aazu

MessageSujet: Re: Cagnard et broutilles.PV Esvir   Mar 13 Mai - 16:23

Le calme était revenu. Les assaillants s'étaient tus et étaient plus préoccupés à mettre derrière la ligne de front leur camarades encore en vie. Les yeux d'Esvir s'étaient perdus dans le feuillage, vides et fatigués. La lame avait transpercé le colosse, faisant jaillir une rivière de sang sur la peau noire. Il s'était écroulé, à quelques centimètres d'elle, rendant ses derniers râles. A peine la pression sur le pieu c'était-elle relâchée, qu'elle s'était empressée d'arracher, non sans douleur, le bois qui transperçait sa chaire. La douleur était poignante, la chaleur étouffante et la plaie... pas très belle. Elle ne sait pas trop combien de temps elle resta ainsi, le bras replié sur sa poitrine, la plaie imbibant le tissu de sont haut, les yeux perdu dans le vide. La voix du capitaine la sorti de sa torpeur :

"Esvir tu... tu peux te relever ?"
Elle fit roulé son regard vide sur son capitaine. Sa tête tournait un peu mais elle lui sourit quand même :

"Je ne vais quand même pas vous faire l'affront de vous demandez de me porter." Fini-t-elle par répondre avec un petit rire nerveux. Elle avait ni perdu sa répartie ni son humour foireux, signe qu'elle n'allait pas si mal.

Elle se releva lentement et chancelante en tenant toujours son bras gauche. Le constat fut bien malheureux en effet : il pissait le sang, la blessure était sale et le moindre mouvement était terriblement douloureux, mais, au moins, la force du sauvage n'avait pas perforer d'un bout à l'autre le muscle.
Elle rejoignit le Jeune pour être face aux adversaires. Elle jeta un rapide coup d’œil à ce dernier :

"Que Dieu vous bénisse capitaine, sans vous j'aurai sûrement fini sur une broche entrain de rôtir comme un cochon de lait." A vrai dire, rien ne permettait de savoir si cette tribu était anthropophage, mais bien des légendes circulaient sur les îles du sud.  
La ligne ennemie se reformait elle aussi, ils étaient moitié moins qu'au début mais toujours en supériorité face au capitaine et à la bosco. Mais l'attaque se fit attendre, comme si quelque chose retenait les indigènes, la peur peut-être ?
Profitant de cette attente, Esvir poursuivi l’œuvre commencée par le capitaine dans l'espoir de rameuter le reste de l'équipage. Elle saisit son sifflet qui se trouvait dans sa poche et le porta à ses lèvres. Elle siffla l'ordre correspondant au « branle bas ». Le sifflement perçant et caractéristique du sifflet de marine se ferait peut-être mieux entendre que la voix d'une homme, du moins espérait-elle. Elle le répétait à intervalle régulier afin de renseigner les éventuels renforts sur leur position.
Les sifflements semblaient surprendre les indigènes qui s'interpellaient entre eux dans leur patois. Forte de cette observation, Esvir glissa au capitaine entre deux sifflements :

"C'est notre chance, si on prend nos jambes à notre cou jusqu'à la plage peut-être qu'ils ne nous rattraperons pas... avec un peu, beaucoup de chance même, enfin du moins je l'espère... Si on ne se rompt pas la nuque en chemin."

Fuir, cette idée lui fit mal à l'égo, mais elle devait être réaliste: comme elle, le capitaine s'était fait blesser et si ils reprenaient le combat c'était du suicide pur et simple.

._______________
  Au grand coeur et libre d'esprit avec audace et sans retenue.

La charmante et agréable mais maudite bosco des Ferrés



crayon de papier comme je t'aime:
 


 :crawl: :
 
Revenir en haut Aller en bas
Rhan Gaps.
Captain' Rêveuse.
avatar

Messages : 336
Date d'inscription : 02/04/2010
Age : 26
Localisation : Là bas.

MessageSujet: Re: Cagnard et broutilles.PV Esvir   Jeu 18 Sep - 16:09

Esvir se relevait. Rhan était rassuré, elle était une combattante vaillante et il était hors de question de laisser cette tribu lui enlever l’un des meilleurs membres de son équipage.

Rhan faisait rouler son épée dans sa main. Il réfléchissait à la situation. Concrètement ils étaient dans une sale position. S’ils continuer à lutter ils courraient à leur perte et non, il ne devait pas mettre sa bosco en danger pour son égo. Alors quoi ? Fuir ?

La tribu et les deux pirates se toisaient, personne ne bougeait. Chacun semblait jauger l’autre. Qui ferait le premier pas, qui rouvrirait les hostilités ? Ils se parlaient entre eux mais dans un dialecte que Rhan ne saisissait pas.


« Toi en cochon de lait ? Ils auraient eu bien du mal à t’accrocher à la broche je pense. Mais en attendant ils m’semblent pas trop motivés à essayer encore une fois… »



Esvir utilisait son sifflet et ça ne semblait pas plaire aux indigènes qui cherchaient d’où ce son étrange semblait provenir, ils se désintéressaient presque de nos deux Ferrés. Rhan se dit alors qu’il était peut être temps de filer en douce. Et Esvir sembla avoir la même pensée. Elle lui exposa son plan.

Son épée avait cessé de tourner dans le creux de sa paume, il la tenait fermement. Son autre main vint se poser sur l’épaule de sa bosco. Il avait repris son souffle.


« Tu as entièrement raison. Alors courrons le plus vite possible, évitons de tomber sur des cochons agressifs et surtout comme tu dis de nous rompre le cou. »



Le Jeune regarda autour de lui pour voir là où les autochtones semblaient être les moins nombreux. Sur leur gauche, définitivement.


« Sur la gauche… MAINTENANT »



Il avait foncé dans le tas tel un buffle, boulant les pauvres indigènes hagard. Il n’était pas très musclé mais peu d’espace lui suffisait pour passer.

Ils laissèrent la tribu derrière eux. Rhan se prenait diverses branches dans la face, sautait pour éviter les obstacles au sol, escaladait les rochers. Il fallait les semer ou au mieux rejoindre l'équipage sur la plage.


« ESVIR ? Tu arrives à suivre ? »


._______________
.___Un homme se bat pour ce qui lui manque le plus.




    Jouant avec... Rhan Gaps Cap'tain' des Ferrés, maudit (voir fiche)
    Spoiler:
     




Revenir en haut Aller en bas
http://seas-calling.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cagnard et broutilles.PV Esvir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cagnard et broutilles.PV Esvir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JUDE ϟ - Même si tu as du mal à le croire, la majorité ne trie pas ses céréales par le numéro des fibres contenues.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sea's Calling :: En mer... :: Océan Sud-
Sauter vers: